Nouveau

Alvin Cockrell DE-366 - Histoire

Alvin Cockrell DE-366 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Alvin C. Cockrell

(DE-366 : dp. 1350,1. 306'0", b. 36'8", dr. 9'5" (moyenne) s. 24 k. cpl. 186; a. 2 5", 4 40 mm ., 10 20 mm., 2 dct., 6 dép., 1 dép. (hh. ) 3 21 tt.; cl. John C. Butler)

Alvin C. Cockrell (DE-366) a été posé le 1er mai 1944 à Orange, Texas, par la Consolidated Steel Corp.; lancé le 27 juin 1944; parrainé par Mme James A. Perkins, la sœur du
fin 1st Lt. Cockrell, et mis en service le 7 août 1944 au chantier de son constructeur, Lt. Comdr. Merrill M. Sanford, USNR, aux commandes.

Après l'équipement initial le long des quais de la ville à Orange, Alvin C. Cockrell a déménagé à Galveston, au Texas, et est arrivé le 11 octobre et a continué à s'équiper au chantier naval de Todd-Galveston Shipbuilding, Inc.. Achevant ces préparatifs pour le service le 25 octobre, il a navigué pour les Bermudes cet après-midi en compagnie de son navire jumeau French (DE-367), pour un entraînement au shakedown. Arrivé à midi le dernier jour d'octobre, le nouveau destroyer d'escorte a effectué son entraînement au shaedown depuis les Bermudes jusqu'au 29 novembre, après quoi il a navigué pour le Boston Navy Yard et la disponibilité post-shakedown. En route de Boston le 10 décembre, Alvin C. Cockrell est arrivé à Norfolk le jour suivant.

Le 15 décembre, Alvin C. Cockrell a quitté Norfolk et a escorté le transport d'attaque Thoma.s Jefferson (APA-30) jusqu'à la zone du canal de Panama, où il est arrivé le 20. Traversant le canal le même jour, le destroyer d'escorte s'est ensuite rendu indépendamment à San Diego, où il est arrivé trois jours après Noël 1944. Il a navigué de là pour les îles Hawaï, atteignant Pearl Harbor dans l'après-midi du 7 janvier 1945.

Alvin C. Cockrell a ensuite passé les jours suivants à opérer localement à partir de Pearl Harbor, à effectuer des exercices de tir à la cible, à servir de cible pour une division de vedettes lance-torpilles, à effectuer une mise à disposition aux côtés du destroyer Yosemite (AD-19) et à effectuer exercices de tir avec des élèves-officiers des Destroyers, Pacific, des postes de contrôle des armes à feu de l'école de tir. Le 17 janvier, le destroyer d'escorte, accompagné de Français, a quitté les eaux hawaïennes pour les Marshalls en tant qu'escorte du convoi PD-256-T - un transport et cinq transports d'attaque. Atteignant Eniwetok le 25 janvier, l'escorte de destroyers n'y resta que brièvement, se mettant en route pour le Palaus le lendemain et convoyant la même demi-douzaine de tibias qu'elle avait conduits d'Hawaï. Détachant le transport Wharton (AP-7) pour se rendre indépendamment à Ulithi Atoll, le convoi a poursuivi sa route en atteignant sa destination Kossol Roads, le dernier jour de janvier.

Au cours des semaines suivantes, Alvin C. Cockrell a escorté des convois entre Eniwetok, Guam, Saipan, Ulithi et Kossel Roads et, au besoin, a servi de patrouilleur portuaire et de navire de sauvetage air-mer. Il effectue sa première mission de sauvetage air-mer le 23 février 1945, lorsqu'il quitte Ulithi pour porter secours à un hydravion Martin PBM-3D "Mariner" du Patrol Bombing Squadron 22, contraint à l'arrêt suite à un problème de moteur. En route à 10h08, Alvin C. Cockrell a procédé à vitesse de flanc, guidé vers les lieux par un avion "dumbo" au-dessus de sa tête.

Elle a mis sa baleinière sur le côté alors qu'elle s'approchait du "Mariner", pour enlever l'équipage et tenter de prendre l'avion en remorque, et a bientôt eu sept des neuf hommes enrôlés (deux étaient restés à bord pour manipuler les câbles de remorquage), et les trois officiers de l'équipage à bord. Pendant que le destroyer escorte Manlove

(DE-36) a contrôlé l'opération, Alvin C. Cockrell a réussi à faire remorquer l'avion à 9 h 10 le lendemain, après quoi le destroyer d'escorte s'est mis en route pour Ulithi. Malheureusement, peu de temps après que les autres membres d'équipage de l'avion aient été embarqués, le câble de remorquage s'est séparé. D'autres tentatives de sauvetage par Manlove se sont avérées infructueuses et, finalement, le "Mariner" (dont une aile avait été endommagée lors de la tentative initiale d'y amener une ligne) a dû être coulé par des coups de feu.

Le prochain cas de sauvetage a eu lieu le 22 mars 1945, alors que le navire était stationné en patrouille à l'entrée du port d'Apra Harbour Guam. À 15 h 40 ce jour-là, Alvin C. Cockrell a reçu l'ordre de quitter sa station de patrouille pour une mission de sauvetage air-mer à 12 milles d'Orote Point. Une fois de plus guidé par des avions au-dessus de l'escorte du destroyer a repéré un radeau de sauvetage et ses deux occupants peu avant 1800, et en 1804, le navire avait embarqué le lieutenant (jg.) Kenneth B. Coleman, USNR, et Aviation Radioman 3d (>lass H. Moorhead Les transférant sur un bateau de piquetage envoyé à cet effet, Alvin C. Cockrell a ensuite repris les patrouilles de sa station.

En juin, alors qu'il se trouvait au passage de Kossol, dans le Palaus, il a reçu l'ordre de prendre la mer pour rechercher une épave d'avion signalée. En compagnie du destroyer d'escorte Naifeh (DE-352), il a fouillé la zone assignée le 14 juin et les jours suivants, mais n'a rien trouvé. Une recherche simulaire menée au large de Peleliu pendant les derniers jours de juillet 1945 n'a également donné aucune trace d'avions abattus ou de pilotes signalés dans son voisinage.

Le dernier mois de la guerre, août 1945, a commencé avec Alvin C. Cockrell opérant avec l'Unité de patrouille et d'escorte de l'île de Palau qui surveillait le Palaus contourné et les garnisons japonaises là-bas. Le 2 août, le navire a quitté sa station de patrouille avec l'ordre de prendre deux hommes d'un radeau signalé par un avion de patrouille. Les deux se sont avérés être des soldats ou des ouvriers japonais tentant de s'échapper de Babelthuap et espérant qu'un navire américain les récupère. Alvin C. Cockrell les a remis à un petit bateau pour le transfert à terre et a repris sa patrouille.

Le 5 août, cependant, alors qu'il opérait dans l'écran anti-sous-marin Peleliu-Angaur, Alvin C. Cockrell reçut l'ordre de se rendre à toute vitesse sur les lieux du naufrage du croiseur lourd Indianapolis (CA-35). Elle est arrivée dans la région à 06h00 et a commencé une recherche en compagnie des destroyers Madison (DD-425), Helm (DD-388) et Ralph Talbot (DD-390) et du destroyer d'escorte Dufilho (DE-423). Un hydravion était en orbite au-dessus de nous.

Avec chaque navire procédant à la couverture d'un secteur assigné, Alvin C. Cockrell commença à trouver des preuves sinistres de la tragédie qui s'était abattue sur le croiseur. Elle a aperçu deux radeaux en caoutchouc vides à 10 h 07 et a récupéré un corps non identifié à 11 h 15, l'enfouissant rapidement en mer. Une demi-heure plus tard, à 11 h 45, le navire a repéré plusieurs autres cadavres, dont six ont été enterrés peu de temps après. Un seul des six était identifiable, et l'état de décomposition avancé de tous indiquait qu'ils étaient morts depuis plusieurs jours.

Beaucoup avaient des gilets de sauvetage et quelques-uns des vêtements. Le destroyer d'escorte a aperçu très peu de débris ou d'épaves à ce stade, et "aucun signe de survivants vivants". pour retourner à Peleliu.

La fin de la guerre à la mi-août a vu Alvin C. Cockrell toujours affecté des opérations locales à Peleliu. Ceux-ci ont duré jusqu'au 19 août, quand elle a rejoint d'autres unités de Division d'Escorte (CortDiv) 86 à Ulithi. Elle a procédé alors à Okinawa pour le devoir avec la 5ème Flotte, rapportant le 26 août.

Alvin C. Cockrell a quitté Buckner Bay le 9 septembre 1945, à destination du Japon avec l'unité de tâche (TU) 56.5.2-un croiseur léger, un porte-avions d'escorte, un navire de débarquement, deux navires-hôpitaux, un hydravion et un garde-côte, trois destroyers d'escorte (dont Alvin C. Cockrell) et trois transports rapides (convertis à partir d'escortes de destroyers) complétaient l'écran. En route pour Wakanoura Wan pour évacuer les prisonniers de guerre alliés (PG), l'unité opérationnelle a atteint Kii Suido et est entrée à Wakanoura Wan à la suite du groupe de déminage le 11 septembre. L'unité opérationnelle a jeté l'ancre à 18 h 20 ce jour-là. Avec l'achèvement de l'évacuation - une partie de la compagnie de son shiu servant à terre pendant cette période - le 15 septembre, le destroyer d'escorte a été affecté à la Task Force 51 le même jour

Après avoir surmonté un typhon qui a balayé la région les 17 et 18 septembre, Alvin C. Cockrell a été l'un des quatre destroyers d'escorte servant de démineur pour les porte-avions d'escorte Makin Island (CVE-93) et Santee (CVE-29). , car les avions de ces navires couvraient l'occupation de Wakayama du 24 au 26 septembre. Pendant cette période, le destroyer d'escorte coule deux mines japonaises avec des coups de feu.

Peu de temps après, Alvin C. Cockrell a quitté Wakanoura Wan en compagnie de French et de dépistage de Siboney (CVE-112), prenant la mer avec un groupe de recherche le 7 octobre pour rejoindre d'autres navires à la recherche d'un PBM cru en mer, parmi les " Les passagers de Mariner étaient le contre-amiral William D. Sample qui était sur le vol pour se familiariser avec la région. La mission de recherche spéciale s'est poursuivie le 8 octobre et, avec de courtes pauses pour le ravitaillement, s'est poursuivie au cours des jours suivants jusqu'à ce que la recherche soit abandonnée le 17 octobre.

Se rendant à Yokosuka, Alvin C. Cockrell s'est détaché de ce port le 24 octobre dans le cadre de l'écran de Sihoney et Puget Sound (CVE-113) alors que les avions des earriers couvraient l'occupation de Nagoya. L'escorte de destroyers est revenue à Wakanoura Wan le 26 octobre, mais a navigué de là pour Yokosuka le jour suivant en arrivant le 28. En novembre et décembre 1945, Alvin C. Cockrell a servi de navire de messagerie entre Yokosuka, Kure et Wakayama, assurant la navette des passagers et du courrier entre ces ports. Elle a interrompu cette routine brièvement les 10 et 11 novembre quand elle a opéré avec Siboney pendant que le transporteur d'escorte a conduit des exercices d'artillerie et une formation de vol.

Relevé de ses fonctions avec la 5e Flotte le 2 janvier 1946, Alvin C. Cockrell s'embarqua pour les États-Unis. Elle a touché brièvement à Pearl Harbor le 14 janvier et a procédé plus tard de là à la côte ouest, atteignant San Francisco le 22 janvier. Désarmé et placé en réserve à San Diego le 2 juillet 1946, Alvin C. Cockrell est resté inactif jusqu'à ce qu'il soit retourné au service actif avec l'accumulation de la flotte pendant la guerre de Corée.

Recommandé le 27 juin 1951, le lieutenant Thomas R. Pear- commandait, Alvin C. Cockrell a été affecté à l'escadron d'escorte (CortRon) 3, et au cours des deux années suivantes a servi de navire d'entraînement pour la Fleet Sonar School, San Diego. Elle a mené des exercices d'entraînement de type à la guerre anti-sous-marine (ASW) et a servi de navire de messagerie entre San Diego et Long Beach.

Déployé dans l'ouest du Pactfic (WestPac) pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Alvin C. Cockrell a navigué pour l'Extrême-Orient en août 1953. Il a servi de navire-station à Hong Kong pendant trois mois avant de se rendre au Philippines et visité Sangley Point et Subic Bay. Elle s'est également rendue à Bangkok, en Thaïlande, au cours de ce déploiement, et a opéré pendant deux semaines dans le golfe du Siam, formant des marins de la Thai Anned Forces Academy à Sattahip, en artillerie et en ingénierie. De retour à San Diego via Guam, Midway et Pearl Harbor, le destroyer d'escorte atteint San Diego en mars 1954 et opère localement jusqu'à l'automne 1955. Sa révision régulière au chantier naval de Long Beach, menée en mars et avril 1955, a ponctué cette période d'opérations locales et a vu le navire être converti pour servir de navire amiral.

Déployé à nouveau en Extrême-Orient en octobre 1955, Alvin C.

Cockrell a été désigné navire amiral du CortRon 3 en décembre 1955. Au cours de cette croisière, le navire a participé à une grande variété d'évolutions, allant des exercices de chasseurs-tueurs à la couverture des débarquements amphibies du Corps des Marines et des cubes d'escorte de convoi. Ses ports d'eall sur cette eruise WestPae englobaient Hong Kong, Keelung et Kaohsiung, Taiwan; Okinawa et les ports japonais d'Atami, Sasebo et Yokosuka. De retour à San Diego à la fin du mois de mars 1956, Alvin C. Cockrell passa les neuf mois suivants à s'engager dans des opérations locales à partir de ce port, servant de navire-école sonar et participant à plusieurs opérations mineures de formation ASM. La participation du navire à une revue de la flotte à San Diego le 14 septembre 1956 a mis en évidence cette dernière période.

En 1957, Alvin C. Cuckrell s'est déployé à WestPac avec CortRon 3, visitant le sud et l'ouest du Pactfic. Au cours de cette croisière, il a visité l'atoll de Kwajalein, dans les Marshalls ; Auckland, Nouvelle-Zélande; Manus, dans l'archipel Bismarck ; Yokosuka, Japon ; Okinawa, Kaohsiung ; Singapour, Hong Kong ; Corregidor, Subic Bay et Manille. Elle a participé à l'exercice « Beacon Hill » aux Philippines, à l'exercice « Astra » de l'OEAT (Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est), dans le golfe de Siam et la mer de Chine méridionale avec des unités britanniques, australiennes, néo-zélandaises, françaises et Marines thaïlandaises ; et a passé un mois en patrouilles de surveillance dans les Carolines, les Mariannes et les Bonins, visitant plusieurs îles célèbres pendant la Seconde Guerre mondiale : Guam, Ponape, Iwo Jima, Truk, Tinian et Saipan. De retour à San Diego début juillet, via Midway et Pearl Harbor, Alvin C. Cockrell a subi sa révision régulière au chantier naval de Mare Island entre octobre 1957 et janvier 1958.

Pendant les six premiers mois de 1958, l'escorte de destroyers s'est déployée dans le Pactfic central et occidental, ses ports d'escale comprenaient Yokosuka, Hong Kong et la baie de Subic. Elle a participé à un projet conjoint Air Force-Navy "Handclasp", une démonstration d'armes de la 7e flotte pour les dirigeants politiques et militaires asiatiques, et a passé deux des six mois dans les Carolines, les Mariannes et les Bonins, en patrouille de surveillance. Elle est revenue à San Diego à la mi-juin 1958, via Midway et Pearl Harbor comme dans les déploiements précédents.

Après avoir mis un terme à son quatrième déploiement WestPac, Alvin C. Cockrell a été affecté à des fonctions de navire d'entraînement de la Réserve navale (NRT) avec l'Escadron d'escorte de réserve 1 le 1er juillet 1958, avec son port d'attache à San Francisco. Désarmé le 17 janvier 1959, le navire a été désigné destroyer d'escorte du groupe II dans la composante de surface ASW de la réserve sélectionnée et est resté "m service" pour fournir une formation en cours à son propre équipage de réserve sélectionné d'officiers et d'hommes de réserve inactifs. Deux officiers en service actif et 36 hommes de troupe maintenaient le navire et le troisième week-end de chaque mois, un équipage de réserve de 161 officiers et hommes s'embarquerait pour naviguer et entraîner leur propre navire. Pendant deux semaines chaque année, l'équipage de réserve embarquait et, intégré aux hommes de service actif, effectuait une croisière d'entraînement de réserve de deux semaines. En mai 1959, le navire a déménagé à son nouveau port d'attache, le Naval and Marine Corps Reserve Training Center à Alameda, Californie

Pendant les deux années suivantes, le navire a maintenu cette routine, jusqu'à ce que la crise de Berlin à l'automne 1961 entraîne l'appel d'unités de réserve. En septembre 1961, le président John F. Kennedy a ordonné que tous les éléments de surface ASW des forces de réserve sélectionnées se présentent pour le service actif le 1er octobre 1961. En conséquence, Alvin C. Cockrell a été remis en service le 1er octobre 1961, le Comdr. Robert A. Bush aux commandes. Après que le navire ait subi une révision de routine, son port d'attache a été changé pour Pearl Harbor. Elle a navigué pour Hawaï le 2 janvier 1962 et a participé à un exercice à grande échelle et opposé à l'entrée à Pearl Harbor dix jours plus tard.

Les tensions accrues en Extrême-Orient ont rapidement entraîné la navigation d'Alvin C. Cockrell pour cette région du globe; après une formation de recyclage, le destroyer d'escorte a quitté les eaux hawaïennes le 24 février 1962 avec le CortDiv 72, composé d'Alvin C. Cockrell (navire phare), de Vammen (DE-644), de Marsh (DE-699) et de Charles E. Brannon (DE- 446). En route pour Subic Bay via Guam et Miday, Alvin C. Cockrell s'est présenté au service de la Force opérationnelle 72 à son arrivée à Subic le 11 mars 1962.

Une semaine plus tard, le 18 mars, Alvin C. Cockrell a navigué pour Danang, République du Vietnam, pour des opérations avec des unités de la marine sud-vietnamienne. Elle a mené une assistance intensive à la formation avec les unités de cette force, améliorant les communications générales entre le navire et la terre et offrant une formation en cours d'emploi aux marins vietnamiens.

En visite à Hong Kong du 5 au 11 avril 1962, Alvin C. Cockrell s'est ensuite rendu à Subic Bay, pour la mise à disposition des offres aux côtés de Delta (AR-9). Après cette période de réparations et d'entretien, l'escorte de destroyers a navigué vers le golfe de Siam et y a mené des opérations entre le 20 avril et le 2 mai. Elle a effectué une visite portuaire de quatre jours à Saigon, la capitale du Sud-Vietnam, puis est revenue à Subic Bay. Cockrell a finalement navigué pour Yokosuka le 21 mai, puis a participé à des exercices la première semaine de juin. En procédant via Midway, l'escorte de destroyers a atteint Pearl Harbor le 18 juin 1962 et a commencé une disponibilité de deux semaines aux côtés du destroyer offre Bryce Canyon (AD-36).

En naviguant de là pour San Francisco, l'Alvin C. Cockrell a atteint sa destination le 17 juillet 1962 et a été désarmé le 1 août 1962, revenant au statut « en service » en tant que navire du Groupe II NRT. Elle est restée dans ce statut pour le reste de sa carrière. En 1963, sa croisière d'entraînement actif de deux semaines l'a emmenée dans les eaux hawaïennes. En 1964, elle a dirigé une formation de recyclage intensive à San Diego. La croisière d'août 1965 a trouvé le navire visitant les ports canadiens de Vancouver et d'Esquimalt. En 1966, elle a opéré à partir de San Diego. À l'été 1967, le navire a visité Vancouver et Seattle, Washington, au cours de sa croisière de deux semaines.

Désarmé le 20 septembre 1968, l'Alvin C. Cockrell a été retiré du registre des navires de la marine le 23 septembre 1968. Sa carcasse a ensuite été utilisée pour des essais d'armes et il a été coulé le 19 septembre 1969.


Alvin Cockrell DE-366 - Histoire

Une histoire illustrée (non datée) de l'USS Alvin C. Cockrell (DR 366) par George L. Clark, Jr.

Portée et disposition

Le navire d'escorte USS ALVIN C. COCKRELL (DE-366) a été nommé en l'honneur du premier lieutenant Alvin C. Cockrell, Réserve du Corps des Marines des États-Unis, qui a été tué au combat pendant la Seconde Guerre mondiale à Guadalcanal le 24 septembre 1942.

Cette monographie, An Illustrated History of the USS ALVIN C. COCKRELL (DE-366), comprend un index des termes et est abondamment illustrée de photographies et de copies de documents déclassifiés, y compris les journaux de bord et les commandes. Le livre commence par une brève introduction sur la classification et les utilisations des navires d'escorte. Le corps du volume commence par une note biographique sur Alvin C. Cockrell et les activités du 7e Régiment de Marines à Guadalcanal.

Baptisé et lancé (8 août 1944), l'ALVIN C. COCKRELL était destiné à l'escorte (p. 39-40), bien qu'un certain nombre de sauvetages aériens et maritimes soient décrits au large de l'île de Yap (p. 43) et de Guam (p. 44-45). On y trouve également une description très détaillée (pp. 50-58) du sauvetage de l'équipage du croiseur lourd USS INDIANAPOLIS (CA-35) après qu'il a été torpillé et coulé par un sous-marin japonais. Sont inclus les journaux de bord de cette recherche (2-7 août 1945, pp. 59-64), des photographies d'enterrements des morts en mer (pp. 66-67) et des cartes de suivi des opérations de recherche (pp. 68- 73). La correspondance décrit l'état des prisonniers de guerre alliés amenés à l'unité d'évacuation de Wakayama qui comprend des descriptions du quartier résidentiel de la ville, de la gare et de l'état physique des hommes (15 septembre 1945, pp. 79.2-79.10). Le récit de guerre contient également le journal de guerre de l'ALVIN C. COCKRELL qui détaille également les activités du navire après la Seconde Guerre mondiale au Japon (décembre 1944-juillet 1946, pp. 85-120).

Le récit détaille également le déclassement (juillet 1946) et la remise en service (juin 1951) du navire pour l'activité anti-sous-marine et comme navire de soutien basé à Hong Kong pendant la guerre de Corée (p. xvi, 132). L'ALVIN C. COCKRELL détaille également les croisières d'entraînement pour les Selected Reserves en tant que navire amiral de l'Escort Squadron 3 en 1955 (pp. 152-178), et la surveillance dans et autour du Sud-Vietnam avec Escort Squadron 7, y compris Saigon (pp. 238.2-238.4 ). Un journal de pont (4 mai 1962) et une description des patrouilles (p. 244) sont inclus, et l'entraînement de la Réserve navale est décrit (p. 256-263). Le compte se termine par des détails sur le navire utilisé pour les tests de résistance de la coque, son déclassement et son naufrage (pp. 272-276) une liste d'officiers et leurs biographies (pp. 285-296) et une chronologie des activités du navire (pp 297-304).

Informations administratives
Historique de la conservation

13 septembre 1995, 1 volume An Illustrated History of the USS ALVIN C. COCKRELL (DE-366) par George L. Clark, Jr. Don de M. George L. Clark, San Francisco, CA.


Alvin Cockrell DE-366 - Histoire

Perte de la mission de l'île de Yap&mdash23 février 1945

L'avion suivant a été perdu le 23 février 1945 lors d'une mission sur l'île de Yap. J'apprécierais grandement l'aide de quiconque pour localiser des informations supplémentaires concernant les informations énumérées ci-dessous. Soumettez des informations supplémentaires, des mises à jour, des articles de journaux, des photos et des documents justificatifs à: [email protected]

  1. Strawser, L.C., Ens.
  2. Lamb, C.H., Ens.
  3. Tadman, W.F., AMM!/c
  4. McMullen, J.P., ARM1/2 (T)
  5. Fusco, L.C., ARM2/c (T)
  6. Willig, R.P., ARM3/c
  7. Walden, W.L., AMM3/c
  8. Thompson, I.E., AOM3/c
  9. Murray, T.H., S1/c
  10. Carrico, O.L. OMA2/c
  11. Cannizzaro, R.J. AMM3/c

L'équipage a été récupéré par l'USS Alvin C. Cockrell (DE-366).

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, j'étais ingénieur de vol et artilleur dans le VPB 22, nous pilotions un PBM Martin Mariner. Sam. Le 24 février 1945, nous sommes descendus au large de l'île de Yap, toujours une île tenue par les Jap, en fait notre escadron avait bombardé Yap et Nagulu. Il était 14 h 30 et nous craignions que nous dérivions vers l'île. À 00h01 (minuit), étant donné qu'il faisait nuit noire, nous avons remarqué une grande image plus noire à plusieurs mètres devant nous, il n'y avait pas de lumière car nous étions en territoire ennemi. Il s'agissait de l'Alvin C Cockrel (DE366) et à la lumière du jour, nous avons également vu le Manlove (DE36) participer. Nous avons été embarqués à bord du Coq en escaladant de grands filets. Au cours de l'opération, un matelot est tombé par-dessus bord mais a heureusement été secouru. Je n'arrête pas de penser qu'un jour j'aurai des nouvelles de l'un des membres de l'équipage, mais le temps presse. N'importe qui là-bas. Bob Willig, Mechanicsburg Pa. 17055

Commentaires de Bob Willig le 13 août 2006 :

    Le premier pilote était le lieutenant Harold F. Strohoefer, pilote du manche mort atterrissant en pleine mer. Il est responsable de ma présence ici aujourd'hui. Le lieutenant Strohoefer qui vivait à Bayonne NJ, est malheureusement décédé le 7 octobre 1999.

    Alvin C. Cockrell a escorté des convois entre Eniwetok, Guam, Saipan, Ulithi et Kossel Roads et, au besoin, a servi de patrouilleur portuaire et de navire de sauvetage air-mer. Il effectue sa première mission de sauvetage air-mer le 23 février 1945, lorsqu'il quitte Ulithi pour porter secours à un hydravion Martin PBM-3D "Mariner" du Patrol Bombing Squadron 22, contraint à l'arrêt suite à un problème de moteur. En route à 10h08, Alvin C. Cockrell a procédé à vitesse de flanc, guidé vers les lieux par un avion "dumbo" au-dessus de sa tête.

Cliquez pour agrandir les photos


Cette photo a été prise vers 10 heures le matin du 24 février 45 juste avant de détruire l'avion par des coups de feu. Notez l'aile bâbord endommagée. Vers 23 h 30 (23 février 45), tous les membres d'équipage ont été transférés sur le destroyer d'escorte USS Alvin C. Cockrell (DE 366), à l'exception de deux qui sont restés pour s'occuper des amarres à des fins de remorquage. Cette photo a été prise par Harry Epp, CM 1/C qui a également agi en tant que photographe officiel du navire.


1440--après avoir conféré avec le pilote, le lieutenant Stanhefer, USNR, et avisé le commandant d'escadron à Ulithi, l'avion a été détruit par des tirs.

Les images et les scans du journal de bord suivants ont été fournis par Joyce Sullivan, la fille de Thomas Hugh Murray. Il était membre d'équipage du PBM-3D Martin Mariner qui a fait un atterrissage d'urgence sur l'eau près de Yap et a presque flotté à portée de canon des Japonais avant d'être secouru. Une autre page de son journal de bord comprend la note "Jap Attack on Harbor - Suicide Dive Bombed a Carrier and Island - 21 Killed on CV - 5 Burned on Island". Il s'agit de la mission suicide japonaise de mars 1945 contre Ulithi qui a frappé l'USS Randolph dans le port. En mars 1945, vingt-quatre bombardiers d'attaque Yokosuka P1Y Ginga "Frances" dirigés par le lieutenant Kuromaru Naoto (67e) décollèrent pour une mission "tokko" (suicide) à sens unique vers Ulithi. Chaque Ginga transportait une seule bombe de 1764 livres. Huit heures après le décollage, l'unité d'attaque spéciale Azusa est descendue à travers le ciel couvert. À la suite d'une erreur de navigation et de vents contraires inattendus, ils se sont retrouvés près de l'île de Yap, à 120 milles à l'ouest d'Ulithi. Trois P1Y de l'unité d'attaque spéciale sont arrivés à Yap. Un P1Y a atterri à l'aérodrome. Un P1Y a échoué à l'atterrissage à l'aérodrome et a été endommagé et un P1Y a été abandonné au large de Rumung. En 2006, nous avons localisé l'épave du P1Y Ginda au large de Rumung : http://www.missingaircrew.com/trip/un1/

Suivez le Missing Air Crew Project sur :
PIN IT


Activités d'après-guerre[modifier | modifier la source]

Déclassement[modifier | modifier la source]

Relevé de ses fonctions avec la 5e flotte le 2 janvier 1946, Alvin C. Cockrell s'embarque pour les États-Unis. Elle a touché brièvement à Pearl Harbor le 14 janvier et a procédé plus tard de là à la côte ouest, atteignant San Francisco, Californie, le 22 janvier. Désarmé et placé en réserve à San Diego, Californie, le 2 juillet 1946, Alvin C. Cockrell est resté inactif jusqu'à son retour au service actif avec l'accumulation de la flotte pendant la guerre de Corée.

Guerre de Corée[modifier | modifier la source]

Remis en service le 27 juin 1951, le Lt. Comdr. Thomas R. Pearson aux commandes, Alvin C. Cockrell a été affecté à l'escadron d'escorte (CortRon) 3 et, au cours des deux années suivantes, a servi de navire-école pour la Fleet Sonar School de San Diego. Il a mené des exercices d'entraînement de type à la guerre anti-sous-marine (ASW) et a servi de navire de messagerie entre San Diego et Long Beach, en Californie.

Déployé dans le Pacifique occidental (WestPac) pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Alvin C. Cockrell a navigué pour l'Extrême-Orient en août 1953. Elle a servi de navire de station à Hong Kong, depuis trois mois avant elle a procédé aux Îles philippines et a visité le Point Sangley et la Baie Subic. Il s'est également rendu à Bangkok, en Thaïlande, au cours de ce déploiement, et a opéré pendant deux semaines dans le golfe du Siam, formant des marins de l'Académie des forces armées thaïlandaises à Sattahip, au tir et à l'ingénierie. De retour à San Diego via Guam, Midway Island et Pearl Harbor, le destroyer d'escorte atteint San Diego en mars 1954 et opère localement jusqu'à l'automne 1955. Sa révision régulière au chantier naval de Long Beach, menée en mars et avril 1955, a ponctué cette période d'opérations locales, et a vu le navire être converti pour servir de navire amiral.

Déployé en tant que produit phare de CortRon 3 [ modifier | modifier la source]

Déployé à nouveau en Extrême-Orient en octobre 1955, Alvin C. Cockrell a été désigné navire amiral du CortRon 3 en décembre 1955. Au cours de cette croisière, le navire a participé à une grande variété d'évolutions, allant des exercices de chasseurs-tueurs à la couverture des débarquements amphibies du Corps des Marines des États-Unis et aux missions d'escorte de convois. Ses escales lors de cette croisière WestPac englobaient Hong Kong, Keelung et Kaohsiung, Taiwan Okinawa et les ports japonais d'Atami, Sasebo et Yokosuka. De retour à San Diego fin mars 1956, Alvin C. Cockrell a passé les neuf mois suivants engagés dans des opérations locales hors de ce port, servant de navire-école sonar et participant à plusieurs opérations de formation ASM mineures. La participation du navire à une revue de la flotte à San Diego le 14 septembre 1956 a mis en évidence cette dernière période.

Au cours de 1957, Alvin C. Cockrell déployé à WestPac avec CortRon 3, visitant le Pacifique sud et ouest. Au cours de cette croisière, il a visité l'atoll de Kwajalein, dans les Marshalls Auckland, Manus en Nouvelle-Zélande, dans l'archipel de Bismarck Yokosuka, Japon Okinawa Kaohsiung Singapour Hong Kong Corregidor, Subic Bay et Manille. Elle a participé à l'exercice "Beacon Hill" aux Philippines et à l'exercice EATO (Organisation du Traité de l'Asie du Sud-Est), "Astra", dans le golfe de Siam et la mer de Chine méridionale avec des unités britanniques, australiennes, néo-zélandaises, françaises et thaïlandaises. Marines et a passé un mois en patrouilles de surveillance dans les Carolines, les Mariannes et les Bonins, visitant plusieurs îles célèbres pendant la Seconde Guerre mondiale : Guam, Ponape, Iwo Jima, Truk, Tinian et Saipan. De retour à San Diego début juillet, via Midway Island et Pearl Harbor, Alvin C. Cockrell a subi sa révision régulière au chantier naval de Mare Island entre octobre 1957 et janvier 1958.

Pendant les six premiers mois de 1958, l'escorte de destroyers déployée dans le Pacifique central et occidental, ses ports d'escale comprenaient Yokosuka, Hong Kong et la baie de Subic. Elle a participé à un projet conjoint Air Force-Navy Operation Handclasp, une démonstration d'armes de la 7e flotte américaine pour les dirigeants politiques et militaires asiatiques, et a passé deux des six mois dans les Carolines, les Mariannes et les Bonins, en patrouille de surveillance. Elle est revenue à San Diego à la mi-juin 1958, via Midway Island et Pearl Harbor comme dans les déploiements précédents.

Réaffecté aux fonctions de navire-école de la Réserve navale [ modifier | modifier la source]

Après avoir mis un terme à son quatrième déploiement WestPac, Alvin C. Cockrell a été affecté à des fonctions de navire d'entraînement de la Réserve navale (NRT) avec l'Escadron d'escorte de réserve 1, le 1er juillet 1958, basé à San Francisco. Désarmé le 17 janvier 1959, le navire a été désigné destroyer d'escorte du groupe II dans la composante de surface ASW de la réserve sélectionnée et est resté "en service" pour fournir une formation en cours à son propre équipage de réserve sélectionné d'officiers et d'hommes de réserve inactifs. Deux officiers en service actif et 36 hommes de troupe maintenaient le navire, et le troisième week-end de chaque mois, un équipage de réserve de 161 officiers et hommes s'embarquerait pour naviguer et entraîner leur propre navire. Pendant deux semaines chaque année, l'équipage de réserve embarquait et, intégré aux hommes de service actif, effectuait une croisière d'entraînement de réserve de deux semaines. En mai 1959, le navire a déménagé dans son nouveau port d'attache, le Naval and Marine Corps Reserve Training Center à Alameda, en Californie.

Recommandé pour la crise de Berlin de 1961 [ modifier | modifier la source]

Pendant les deux années suivantes, le navire a maintenu cette routine, jusqu'à ce que la crise de Berlin à l'automne 1961 entraîne l'appel d'unités de réserve. En septembre 1961, le président John F. Kennedy a ordonné que tous les éléments de surface ASW des forces de réserve sélectionnées se présentent pour le service actif le 1er octobre 1961. En conséquence, Alvin C. Cockrell a été remis en service le 1er octobre 1961, le Comdr. Robert A. Bush aux commandes. Après que le navire ait subi une révision de routine, son port d'attache a été changé pour Pearl Harbor. Elle a navigué pour Hawaï le 2 janvier 1962 et a participé à un exercice à grande échelle et opposé à l'entrée à Pearl Harbor dix jours plus tard.

Les tensions accrues en Extrême-Orient ont rapidement entraîné Alvin C. Cockrell's naviguant pour cette région du globe après une formation de recyclage, le destroyer d'escorte a quitté les eaux hawaïennes le 24 février 1962 avec le CortDiv 72, composé de Alvin C. Cockrell (phare), USS Vammen (DE-644), USS le marais (DE-699) et USS Charles E. Brannon (DE-446). En route pour Subic Bay via Guam et Midway Island, Alvin C. Cockrell s'est présenté au service avec la Force opérationnelle 72 à son arrivée à Subic le 11 mars 1962.

Guerre du Vietnam[modifier | modifier la source]

Une semaine plus tard, le 18 mars, Alvin C. Cockrell a navigué pour Da Nang, République du Vietnam, pour des opérations avec des unités de la marine sud-vietnamienne. Elle a mené une assistance intensive à la formation avec les unités de cette force, améliorant les communications générales entre le navire et la terre et offrant une formation en cours d'emploi aux marins vietnamiens.

En visite à Hong Kong du 5 au 11 avril 1962, Alvin C. Cockrell then proceeded to Subic Bay, for tender availability alongside USS Delta (AR-9). Following that period of repairs and upkeep, the destroyer escort sailed for the Gulf of Siam, and conducted operations there between 20 April and 2 May. She conducted a four-day port visit to Saigon, the capital of South Vietnam, and then returned to Subic Bay. Alvin C. Cockrell ultimately sailed for Yokosuka on 21 May, and then participated in exercises the first week of June. Proceeding via Midway Island, the destroyer escort reached Pearl Harbor on 18 June 1962, and commenced a two-week availability alongside the destroyer tender USS Canyon de Bryce (AD-36).

Return to reserve duties [ edit | modifier la source]

Sailing thence for San Francisco, California, Alvin C. Cockrell reached her destination on 17 July 1962, and was decommissioned on 1 August 1962, reverting to "in service" status as a Group II NRT ship. She remained in that status for the rest of her career. During 1963 her two-week active training cruise took her to Hawaiian waters. In 1964 she conducted intensive refresher training at San Diego, California. The cruise for August 1965 found the ship visiting the Canadian ports of Vancouver and Esquimalt. In 1966 she operated out of San Diego. In the summer of 1967, the ship visited Vancouver and Seattle, Washington, in the course of her two-week cruise.

Final inactivation and decommissioning [ edit | modifier la source]

Decommissioned on 20 September 1968, Alvin C. Cockrell was struck from the Naval Vessel Register on 23 September 1968. Her hulk was subsequently utilized in weapons testing, and she was sunk on 19 September 1969.


Guadalcanal service [ edit | modifier la source]

Within a week, the 1st Battalion, 7th Marines, was to conduct a reconnaissance in force of the region between the Matanikau River and the village of Kokumbona, led by Lieutenant Colonel Lewis B. "Chesty" Puller, USMC, and departed the perimeter of the marine defenses on September 23,. The point of Puller's battalion surprised elements of the Japanese Oka Detachment as they were sitting down cooking rice on the slopes of Mount Austen (Mambulo), late the following afternoon, September 24, south of Lunga Point. The sound of firing having alerted the enemy's main body, a brisk battle ensued as it developed, 1st Lt. Cockrell led his platoon in assaulting a strongly held Japanese position against heavy machine gun and rifle fire. He was killed in the ensuing action, one of seven marines who died in the engagement.


Alvin Cockrell DE-366 - History

Alvin Chester Cockrell, Jr., was killed by Japanese gunfire on September 24, 1942 in the South Pacific Island of Guadalcanal. Many of you remember his younger sister, Jim Alice Cockrell Perkins, wife of Dr. Peter B. Perkins, long time dentist in Hazlehurst. Even older members of the community may remember A.C. Cockrell, Sr., who was a dentist in Hazlehurst until his death in 1948, and his wife, Annie Cockrell, who often served as a substitute teacher in high school in the 1950s.

Chester Cockrell was born in September 1918, attended high school in Hazlehurst, played football and tennis and became interested in boxing. He was an active member of First Baptist Church. After graduating Chester enrolled in the University of Mississippi in the fall of 1936. He was in the Delta Psi Fraternity and during his sophomore year was made a member of the Cardinal Club, a leadership organization. Chester joined the Ole Miss Boxing Team. A boxing contest between Ole Miss and LSU occurred in late January 1939, and in the February 1, 1939 edition of the Memphis Commercial Appeal the sports columnist, Walter Stewart, captioned a section of his column, "A Red Badge of Courage for Chester Cockrell." While an undergraduate at Ole Miss, Chester enrolled in the Marine Corps Reserve and on June 20, 1940 became a 2nd Lieutenant. One of Chester's classmates at Ole Miss was John Med Miller, also of Hazlehurst, who had a distinguished career in the US Navy. After graduation Chester enrolled in medical school but his first term was interrupted by a call to active duty in the fall of 1940.

Very few people in the US had ever heard of Guadalcanal before the summer of 1942, when the Japanese military started building an airfield. The United States was determined to stop Japanese movement toward Australia, and between August 1942 and February 1943 US soldiers were locked in a continuous, deadly battle in which the Japanese were defeated with much loss of life on both sides. Before Guadalcanal the Japanese army in World War II had not been defeated. After Guadalcanal Japan never had a victory, and allied forces moved steadily across the Pacific to defeat Japan.

Chester Cockrell left the United States for the last time on April 10, 1942 from Norfolk, Virginia. By the summer of 1942 Chester, now a 1st Lieutenant, was in command of Company B First Battalion 7th Marines (B-1-7). He was first deployed to British Samoa and on September 18 was moved to Guadalcanal along with 4200 other troops. On September 24, 1942 Cockrell led his men on a patrol to the west of the vital airstrip, Henderson Field, and was killed. Chester Cockrell was awarded the Navy Cross which is the highest US Navy medal and second only to the Congressional Medal of Honor. The citation for Chester Cockrell is as follows:

"For extraordinary heroism and conspicuous devotion to duty in action against enemy Japanese forces near Mambule, Guadalcanal, Solomon Island, on 24 September 1942. In the face of hostile machine gun and rifle fire, First Lieutenant Cockrell, with utter disregard for his own personal safety, led his platoon in an assault against a strongly held enemy position, inflicting extremely heavy losses and contributed in a large pat to the defeat of the Japanese in this engagement. First Lieutenant Cockrell's outstanding courage and aggressive fighting spirit reflect great credit upon himself, his command and the United States Naval Service. He gallantly gave up his life in defense of his country."

As a memorial to Chester Cockrell, on August 8, 1944 the United States Navy commissioned the USS Alvin C. Cockrell (DE 366) a destroyer escort constructed at Orange, Texas. The ship was active in patrol, escort and rescue duty and took part in several Pacific campaigns including Okinawa. The USS Cockrell remained in active duty until August 1962 when it was decommissioned. In 1995 a history of the USS Alvin C. Cockrell was written by George L. Clark, Jr., of San Francisco. A copy of that history is in the Hazlehurst library.

Today, more than 65 years after the death of Chester Cockrell it is difficult for us to realize a time when Nazi Germany controlled most of Europe, and the Japanese military was moving unchecked across the South Pacific. It was only through the valor and sacrifice of countless allied soldiers in Europe, the Pacific Islands and elsewhere that World War II was brought to a successful conclusion. We can look at the Courthouse Military Monument in Hazlehurst to reflect on the names of those gallant young men who gave their last measure of devotion, their very lives.


Rescuing Japanese afloat in the water

The final month of the war, August 1945, began with Alvin C. Cockrell operating with the Palau Island Patrol and Escort Unit, keeping watch on the by-passed Palaus and the Japanese garrisons there. On 2 August, the ship departed her patrol station on orders to pick up two men from a raft reported by a patrol plane. The two turned out to be Japanese soldiers or laborers attempting to escape from Babelthuap and hoping for an American ship to pick them up. Alvin C. Cockrell turned them over to a small boat for transfer ashore, and resumed her patrol.


Alvin C. Cockrell, Jr.

When his battalion was ambushed in the late afternoon of 24 September, Cockrell coordinated a counterattack to relieve heavy pressure on A/1/7. He personally led one of his platoons in the assault, but was shot through the head and killed before reaching his objective.

Biography:
Coming soon. Contact the webmaster for more information about this Marine.

The President of the United States of America takes pride in presenting the Navy Cross (Posthumously) to First Lieutenant Alvin Chester Cockrell, Jr. (MCSN: 0-6684), United States Marine Corps Reserve, for extraordinary heroism and conspicuous devotion to duty as Platoon Leader of the Second Platoon, Company B, First Battalion, Seventh Marines, FIRST Marine Division, in action against enemy Japanese forces near Mambulo, Guadalcanal, Solomon Islands, on 24 September 1942. In the face of hostile machine gun and rifle fire, First Lieutenant Cockrell, with utter disregard for his own personal safety, led his platoon in an assault against a strongly-held enemy position, inflicting extremely heavy losses and contributing in a large part to the defeat of the Japanese in this engagement. First Lieutenant Cockrell’s outstanding courage and aggressive fighting spirit reflect great credit upon himself, his command and the United States Naval Service. He gallantly gave up his life in the defense of his country.

Articles & Records:

Second Lieutenant Cockrell, photographed for his service record book on 1 October 1940 Excerpt from the muster roll of B/1/7, September 1942. A sketch of “Hill Y” in the rugged terrain near Mount Austen. The graves, designated A through E, contained PFC Richard Wehr, Pvt. Joseph Karnaghon, Cpl. Manuel Pimentel, Cpl. John Edwinson, and 1Lt. Alvin Cockrell (marked)
The Clarion Ledger (Jackson, MS) 24 May 1943. Repeated searches were made to find the graves on Hill Y, but without success. The remains were declared non-recoverable in 1949.

Alvin Cockrell DE-366 - History

This page provides the hull numbers of all U.S. Navy escort ships numbered in the DE series from 200 through 399, with links to those ships with photos available in the Online Library.

See the list below to locate photographs of individual escort ships.

If the escort ship you want does not have an active link on this page, contact the Photographic Section concerning other research options.

Left Column --
Escort Ships numbered
DE-200 through DE-299:

  • DE-200 : Neuendorf (1943-1967)
  • DE-201 : James E. Craig (1943-1969)
  • DE-202 : Eichenberger (1943-1973)
  • DE-203 : Thomason (1943-1969)
  • DE-204 : Jordan (1943-1947)
  • DE-205 : Newman (1943-1966), later APD-59
  • DE-206 : Liddle (1943-1968), later APD-60
  • DE-207 : Kephart (1944-1967), later APD-61
  • DE-208 : Cofer (1944-1968), later APD-62
  • DE-209 : Lloyd (1944-1968), later APD-63


USS Alvin C. Cockrell, USS Walton, USS Ulvert M. Moore, USS Walter C. Wann, USS William Seiverling, USS Silverstein, USS Abercrombie, USS Tabberer, USS Samuel B. Roberts, USS Lewis, USS Stafford, USS John C. Butler, USS Woodson
Herausgeber: Source: Wikipedia

Source : Wikipédia. Pages: 85. Chapters: USS Alvin C. Cockrell, USS Walton, USS Ulvert M. Moore, USS Walter C. Wann, USS William Seiverling, USS Silverstein, USS Abercrombie, USS Tabberer, USS Samuel B. Roberts, USS Lewis, USS Stafford, USS John C. Butler, USS Woodson, USS McGinty, USS Richard W. Suesens, USS McCoy Reynolds, USS Naifeh, USS Edmonds, USS Robert F. Keller, USS Howard F. Clark, USS Goss, USS Tweedy, USS Douglas A. Munro, USS Gilligan, USS Conklin, USS Straus, USS Albert T. Harris, USS Johnnie Hutchins, USS Hanna, USS Maurice J. Manuel, USS Richard M. Rowell, USS Thaddeus Parker, …mehr


For Healthcare Professionals

Applies to flecainide: oral tablet

General

The Cardiac Arrhythmia Suppression Trial (CAST) revealed significantly higher mortality associated with flecainide in patients with a recent history (more than six days but less than two years prior to study) of myocardial infarction (MI) and non-life-threatening ventricular ectopy relative to placebo (5.1% versus 2.3%). The risk of death relative to placebo in patients with a recent history of Q-wave MI and non-Q-wave MI is 8.7 and 1.7, respectively. Use of flecainide in this context is potentially harmful.

Side effects are more likely when plasma flecainide concentrations are greater than 1.0 mcg/mL. [Ref]

Cardiovascular

Cardiovascular side effects including arrhythmias are the most serious side effects. Flecainide may cause or exacerbate arrhythmias in 1% of patients with preexisting paroxysmal supraventricular tachycardia and in 7% of patients with paroxysmal atrial fibrillation. Flecainide may also exacerbate arrhythmias in 7% to 13% of patients with preexisting sustained or nonsustained ventricular arrhythmias.

Flecainide-induced arrhythmias include sinus bradycardia or arrest in 2%, bundle branch blocks in 1%, increased premature ventricular depolarizations in 1%, ventricular tachycardia or fibrillation in 0.5%, and sudden death in 0.2% of patients. New ventricular arrhythmias have been reported in 3.4% of patients.

Flecainide may cause prolongation of the PR, QRS, and corrected QT intervals. Most of the QT interval prolongation is attributable to widening of the QRS complex rather than prolongation of the JT interval. Rare cases of torsades de pointes have been reported.

Exacerbation of congestive heart failure is rare and only occurs in about 0.5% and 9% of patients with preexisting supraventricular arrhythmias and ventricular arrhythmias, respectively. Hypotension is almost exclusively associated with intravenous administration of flecainide. [Ref]

Risk factors for a proarrhythmic effect include underlying congenital or structural heart disease.

A case of "pseudoinfarction" has been reported in which flecainide induced a transient right bundle branch block with a focal block in the septal fibers of the left bundle branch system. An electrocardiogram (ECG) also revealed ST segment elevations and a Q-wave pattern, consistent with septal infarction. The patient did not have a myocardial infarction by enzyme studies, and the ECG abnormalities resolved after discontinuation of flecainide.

One patient with a history of ischemic congestive heart failure, myocardial infarction (MI), and ventricular arrhythmias developed profound cardiogenic shock without evidence of MI or a new or worsened ventricular arrhythmia. The associated serum flecainide concentration was 1.8 mcg/mL. [Ref]

Nervous system

Flecainide may exacerbate myasthenia gravis.

At least 6 cases of flecainide-induced peripheral neuropathy (sensory loss) have been reported and it appears to develop after prolonged use ( 2 to 10 years). Following discontinuation of flecainide therapy, symptoms (e.g., lower-extremity weakness and/or paresthesias, gait disturbance) resolved over 3 to 6 months. However, in some cases the neuropathy did not resolve after discontinuation of flecainide. [Ref]

Nervous system side effects, such as dizziness and visual disturbances (including blurred vision, decreased acuity, and scotomata) occur in 13% to 28% of patients who are taking flecainide doses of 400 mg per day. Transient headaches, asthenia, feelings of a thick tongue or lips, fatigue, paresthesias, and tremors have been reported in 2% to 10% of patients. [Ref]

Gastrointestinal

Gastrointestinal side effects include abdominal pain, nausea, and constipation in 1% to 4% of patients. Diarrhea occurs rarely. [Ref]

Musculoskeletal

A 33-year-old woman with atrial fibrillation, mitral valve prolapse, and a congenital muscle fiber disproportion myopathy developed muscle weakness which partially resolved after flecainide dosage reduction and completely resolved after substitution of flecainide with other antiarrhythmic agents. [Ref]

Musculoskeletal side effects including weakness has been reported and may be more likely in patients with underlying muscular disorders. [Ref]

Ocular

Ocular side effects are limited to rare cases of corneal deposits. [Ref]

High performance liquid chromatographic analysis of excised corneal deposits in one patient revealed opacities with the same chromatographic characteristics of flecainide. [Ref]

Genitourinary

Class I antiarrhythmic agents such as flecainide have local anesthetic and anticholinergic properties which may rarely cause urinary retention. [Ref]

Genitourinary side effects including complaints of impotence are reported in 4% of patients. A case of urinary retention associated with flecainide has been reported. [Ref]

Respiratory

A case of reversible flecainide-induced pneumonitis was reported in a 61-year-old man with a remote history of pulmonary tuberculosis. A complete infectious disease work-up was negative. Serial bronchial-alveolar lavages and chest radiographs were consistent with a drug-induced process. [Ref]

Respiratory side effects are extremely rare. [Ref]

Hematologic

One patient developed leukopenia after 5 months of flecainide therapy. The leukopenia resolved after drug discontinuation and did not recur when flecainide was reinstituted. The leukopenia may have been due to a concurrent viral infection. [Ref]

Hematologic side effects are extremely rare. [Ref]

Hepatic

Hepatic side effects including enzyme concentration elevations have been reported in rare cases. [Ref]

Psychiatric

Psychiatric side effects including paranoid psychosis was reported in a 62-year-old patient receiving flecainide for the treatment of malignant neuropathic pain. [Ref]

Les références

1. Greenberg HM, Dwyer EM, Hochman JS, Steinberg JS, Echt DS, Peters RW "Interaction of ischaemia and encainide/flecainide treatment: a proposed mechanism for the increased mortality in CAST I." Br Heart J 74 (1995): 631-5

2. Akiyama T, Pawitan Y, Greenberg H, et al "Increased risk of death and cardiac arrest from encainide and flecainide in patients after non-Q-wave acute myocardial infarction in the cardiac arrhythmia suppressi." Am J Cardiol 68 (1991): 1551-5

3. Tjandra-Maga TB, Verbesselt R, Van Hecken A, Mullie A, De Schepper PJ "Flecainide: single and multiple oral dose kinetics, absolute bioavailability and effect of food and antacid in man." Br J Clin Pharmacol 22 (1986): 309-16

4. Heisler BE, Ferrier GR "Proarrhythmic actions of flecainide in an isolated tissue model of ischemia and reperfusion." J Pharmacol Exp Ther 279 (1996): 317-24

5. Van Gelder IC, Crijns JGM, Van Gilst WH, et al "Efficacy and safety of flecainide acetate in the maintenance of sinus rhythm after electrical cardioversion of chronic atrial fibrillation or atrial flutter." Am J Cardiol 64 (1989): 1317-21

6. Epstein AE, Hallstrom AP, Rogers WJ, Liebson PR, Seals AA, Anderson JL, Cohen JD, Capone RJ, Wyse DG "Mortality following ventricular arrhythmia suppression by encainide, flecainide, and moricizine after myocardial infarction - the original design concept of the cardiac arrhythmia suppression trial (cast)." JAMA 270 (1993): 2451-5

7. Anderson JL, Platt ML, Guarnieri T, Fox TL, Maser MJ, Pritchett ELC, Kay GN, Plumb VJ, Epstein AE, Bubien RS, Bhandari "Flecainide acetate far paroxysmal supraventricular tachyarrhythmias." Am J Cardiol 74 (1994): 578-84

8. Hopson JR, Buxton AE, Rinkenberger RL, Nademanee K, Heilman JM, Kienzle MG "Safety and utility of flecainide acetate in the routine care of patients with supraventricular tachyarrhythmias: results of a multicenter trial." Am J Cardiol 77 (1996): a72-82

9. Levine B, Chute D, Caplan YH "Flecainide intoxication." J Anal Toxicol 14 (1990): 335-6

10. Hohnloser SH, Zabel M "Short- and long-term efficacy and safety of flecainide acetate for supraventricular arrhythmias." Am J Cardiol 70 (1992): a3-10

11. Marcus FI "The hazards of using type 1C antiarrhythmic drugs for the treatment of paroxysmal atrial fibrillation." Am J Cardiol 66 (1990): 366-7

12. Winkelmann BR, Leinberger H "Life-threatening flecainide toxicity." Ann Intern Med 106 (1987): 807-14

13. Karl M "Life-threatening flecainide toxicity." Ann Intern Med 107 (1987): 780

14. Roden DM "Risks and benefits of antiarrhythmic therapy." N Engl J Med 331 (1994): 785-91

15. Anderson JL "Long-term safety and efficacy of flecainide in the treatment of supraventricular tachyarrhythmias: the united states experience." Am J Cardiol 70 (1992): a11-8

16. Van Aubel KJJCM, Ruiter JH, Arnold AER, Burgersduk C "Pseudo infarction ECG pattern occurring during intravenous treatment with flecainide acetate." Eur Heart J 13 (1992): 137-9

17. Windle JR, Witt RC, Rozanski GJ "Effects of flecainide on ectopic atrial automaticity and conduction." Circulation 88 (1993): 1878-84

18. Said SAM, Somer ST, Luttikhuis HAO "Flecainide-induced JT prolongation, t wave inversion and ventricular tachycardia during treatment for symptomatic atrial fibrillation." Int J Cardiol 44 (1994): 285-7

19. Cockrell JL, Scheinman MM, Titus C, et al "Safety and efficacy of oral flecainide therapy in patients with atrioventricular re-entrant tachycardia." Ann Intern Med 114 (1991): 189-94

20. Chimienti M, Cullen MT, Casadei G "Safety of long-term flecainide and propafenone in the management of patients with symptomatic paroxysmal atrial fibrillation: report from the flecainide and propafenone italian study investigators." Am J Cardiol 77 (1996): a60-5

21. Forbes WP, Hee TT, Mohiuddin SM, Hillman DE "Flecainide-induced cardiogenic shock." Chest 94 (1988): 1121

22. Donovan KD, Power BM, Hockings BEF, Dobb G, Lee KY "Intravenous flecainide versus amiodarone for recent-onset atrial fibrillation." Am J Cardiol 75 (1995): 693-7

23. Puech P, Gagnol JP "Class IC drugs: propafenone and flecainide." Cardiovasc Drugs Ther 4 (1990): 549-53

24. Andrivet P, Beaslay V, Canh VD "Torsades de pointe with flecainide-amiodarone therapy." Intensive Care Med 16 (1990): 342-3

25. Fish FA, Gillette PC, Benson DW "Proarrhythmia, cardiac arrest and death in young patients receiving encainide and flecainide." J Am Coll Cardiol 18 (1991): 356-65

26. Strambabadiale M, Lazzarotti M, Facchini M, Schwartz PJ "Malignant arrhythmias and acute myocardial ischemia: interaction between flecainide and the autonomic nervous system." Am Heart J 128 (1994): 973-82

27. Psaty BM, Psaty SE "Flecainide toxicity in an older adult." J Am Geriatr Soc 57 (2009): 751-3

28. Aliot E, Denjoy I, Attuel, Admant, Rey, Janody, Richard, Lang, Valere, Morane, Kahn, Kayanakis, Janinmagnificat, Fauvel "Comparison of the safety and efficacy of flecainide versus propafenone in hospital out-patients with symptomatic paroxysmal atrial fibrillation/flutter." Am J Cardiol 77 (1996): a66-71

29. Salerno DM, Granrud G, Sharkey P, Krejci J, Larson T, Erlien D, Berry D, Hodges M "Pharmacodynamics and side effects of flecainide acetate." Clin Pharmacol Ther 40 (1986): 101-7

30. Facchini M, Varisco T, Bonazzi O, et al "Efficacy and safety of flecainide in low-risk patients with chronic ventricular arrhythmias: a two-year follow-up." Am Heart J 117 (1989): 1258-64

31. Crozier I "Flecainide in the wolff-parkinson-white syndrome." Am J Cardiol 70 (1992): a26-32

32. Clementy J, Dulhoste MN, Laiter C, et al "Flecainide acetate in the prevention of paroxysmal atrial fibrillation: a nine-month follow-up of more than 500 patients." Am J Cardiol 70 (1992): a44-9

33. Malesker MA, Sojka SG, Fagan NL "Flecainide-induced neuropathy." Ann Pharmacother 39 (2005): 1580-1

34. Pedersen KE, Christiansen BD, Kjaer K, Klitgaard NA, Nielsen-Kudsk F "Verapamil-induced changes in digoxin kinetics and intraerythrocytic sodium concentration." Clin Pharmacol Ther 34 (1983): 8-13

35. Hellestrand KJ "Efficacy and safety of long-term oral flecainide acetate in patients with responsive supraventricular tachycardia." Am J Cardiol 77 (1996): a83-8

36. Ramhamadany E, Mackenzie S, Ramsdale DR "Dysarthria and visual hallucinations due to flecainide toxicity." Postgrad Med J 62 (1986): 61-2

37. Moller HU, Thygesen K, Kruit PJ "Corneal deposits associated with flecainide." BMJ 302 (1991): 506-7

38. Ferrick KJ, Power M "Profound exacerbation of neuromuscular weakness by flecainide." Am Heart J 119 (1990): 414-5

39. Ziegelbaum M, Lever H "Acute urinary retention associated with flecainide." Cleve Clin J Med 57 (1990): 86-7

40. Akoun GM, Cadranel JL, Israel-Biet D, Gauthier-Rahman S "Flecainide-associated pneumonitis." Lancet 337 (1991): 49

41. "Product Information. Tambocor (flecainide)." 3M Pharmaceuticals, St. Paul, MN.

42. Bennett MI "Paranoid psychosis due to flecainide toxicity in malignant neuropathic pain." Pain 70 (1997): 93-4


Voir la vidéo: dinamyte: alvin et les chipmunks (Octobre 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos