Nouveau

Exposition universelle de Colombie

Exposition universelle de Colombie

L'Exposition universelle colombienne a eu lieu à Chicago, dans l'Illinois, en 1893. Jackson Park a trois kilomètres de façade sur le lac Michigan. Midway a été la première zone de divertissement distincte délibérément conçue comme un quartier de divertissement autonome. À ce jour, les zones de divertissement des foires sont connues sous le nom de « milieux ». La Monnaie a offert ses premières pièces commémoratives : un quart, un demi-dollar et un dollar. L'Exposition n'était pas sans tragédies. Le dernier incendie a été massif le 5 juillet 1894, qui a incendié la Cour d'honneur, la salle des machines, ainsi que les bâtiments de l'électricité, de l'administration, des mines et des manufactures. L'Exposition universelle de Colombie a attiré près de 27 millions de visiteurs. Ce fut le dernier et le plus grand du 19ème siècle.


CHICAGO, ÉTATS-UNIS 1893 Exposition universelle de Colombie

Commanditez cette page pour 100 $ par an. Votre bannière ou annonce textuelle peut remplir l'espace ci-dessus.
Cliquez sur ici pour parrainer la page et comment réserver votre annonce.

Informations sur la liste rapide


Dates d'ouverture - 1er mai au 30 octobre 1893. 179 jours ouverts au public, y compris tous les dimanches, sauf le 4 - 7, 14, 21 et 23 juillet. (Ces 4 étaient ouverts aux exposants, détenteurs de laissez-passer, etc., soit un total de seulement 27 144 visiteurs).

Présence - 21 480 140 Payé 27 539 521 Total.

Participants internationaux - 50 nations et 26 colonies.

Coût total - 27 291 715 $. (Dépenses totales 28 340 700 $ moins Div.-Chi. 500 000 $ et capital social 10 % 548 985 $ pour des dépenses réelles de 27 291 715 $.) Les États et territoires américains ont dépensé 6,02 millions de dollars supplémentaires et les exposants étrangers 6 millions de dollars.

Superficie du site - 686,1 acres dans ce qui est maintenant le Jackson Park de Chicago.

Sanction et type - Avant le Bureau des Expositions Internationales. Serait considéré comme un événement de style universel enregistré aujourd'hui comme ceux des années 0 de la décennie. La loi du Congrès prévoyait que le président des États-Unis publierait une proclamation de l'heure et du lieu et inviterait les nations étrangères à participer à l'Exposition universelle de Colombie.

Coût du billet - Différents types de billets ont été utilisés, dont des billets souvenirs (4 modèles, Columbus, American Indian, Washington, Lincoln : 6 millions commandés, valables n'importe quel jour). Billets simples (valables uniquement à la date de vente) 25 millions commandés. Des laissez-passer d'entrées gratuites, comprenant pass photo, carte d'admission gratuite aux hauts dignitaires, laissez-passer ouvriers (valable 1 mois), chèques de retour ont été utilisés pour les détenteurs de laissez-passer qui devaient sortir et rentrer chaque jour sur le terrain. Billet journalier 50 centimes. Après le 22 mai, un billet enfant (6-12 ans, gratuit pour les moins de 6 ans) coûte 25 centimes. Plus tard, du 10 au 21 octobre, les enfants de 6 à 18 ans sont admis pour 10 centimes. À l'origine, les portes étaient ouvertes de 8h à 19h, prolongées pour ouvrir de 7h30 à 23h.


Photo en haut au centre : Lithographie du parc de l'Exposition universelle de 1892, Winters Art Lithograph Company. Haut de la colonne : ouverture de la lithographie de l'exposition universelle avec insert d'image Grover Cleveland, 1893, lithographie de la Knapp Company. Photo du bas : Bâtiment minier, 1893, Souvenir Photo Company. Images avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque du Congrès.

Autres histoires d'expositions universelles à découvrir

1ère Exposition Universelle de l'Histoire
Londres 1851

Histoire de l'événement


L'Exposition universelle colombienne a peut-être été l'exposition universelle la plus majestueuse de tous les temps avec des bâtiments resplendissants qui seraient à l'origine de la tendance de l'architecture qui s'étendrait à de nombreux bâtiments gouvernementaux aux États-Unis pendant des siècles. Pour beaucoup, c'était la ville blanche. Des enduits d'albâtre, en fait du plâtre personnel, sur les bâtiments provisoires, dont la plupart ont été construits, glanés au soleil. Près de deux cents acres du site de la foire étaient couverts par les bâtiments. La foire, du côté le plus fantaisiste, a présenté la grande roue dans les quatre-vingt-cinq acres d'amusement connus sous le nom de Midway Plaisance. La grande roue pouvait accueillir 2 160 passagers, la plus grande de tous les temps.

Chicago n'avait pas gagné le droit de tenir facilement le Colombien. Washington, DC a commencé à élaborer un plan pour une exposition de trois ans en 1885 qui commencerait avec le centenaire de l'adoption de la Constitution et durerait jusqu'au 400e anniversaire de la découverte de l'Amérique. New York, Chicago et St. Louis voulaient également accueillir. Chicago a gagné, choisie comme ville hôte par le Congrès avec approbation le 25 avril 1890.

Photo ci-dessus. Palais des Arts Mécaniques, 1893, Francis Benjamin Johnston. Ci-dessous : Entrée est du bâtiment du fabricant, 1893, Souvenir Photo Company. Photos avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque du Congrès.


Jackson Park était une étendue peu attrayante de marécages, de sable et de broussailles avant l'événement, mais au cours des trois prochaines années, il serait transformé en un arrangement ornemental de lacs, de canaux et de bâtiments sur des terrains bâtis, utilisant 120 000 mètres cubes de terre . Une fois les bâtiments construits, l'autorité de l'exposition a organisé une dédicace le 21 octobre 1892 dans le cadre d'un programme de trois jours. Ce programme a été utilisé pour diffuser des informations sur l'exposition de l'année suivante. Le jour d'ouverture de l'exposition a eu lieu le lundi 1er mai. Les cérémonies d'ouverture ont eu lieu sur la Grand Plaza à l'extrémité ouest de la Cour d'honneur en présence du président Cleveland. L'admission payée ce jour-là était de 128 965. Une faible fréquentation a suivi au cours de la première semaine, et une crise financière imminente a surgi au-dessus de nos têtes, culminant huit jours plus tard avec l'échec de la Chemical National Bank de Chicago et de sa succursale à l'exposition. Cette faible fréquentation n'a pas duré.

Il y avait sept parties distinctes de l'exposition : le bassin et le canal avec une architecture des grands styles l'île boisée l'emplacement du gouvernement où les États-Unis et d'autres pavillons étrangers ont été construits l'emplacement de l'État fédéral avec le bâtiment des Beaux-Arts comme plaque tournante le Midway Plaisance Animaux vivants, expositions agricoles en plein air, couvent de La Rabida, bâtiments en cuir, forestiers, laitiers et anthropologiques ainsi qu'une région de gares de triage, d'entrepôts, d'entrepôts sous douane et d'ateliers de foires et de concessionnaires. Bien sûr, les bâtiments et les expositions qu'ils contenaient étaient les stars, plus ce Midway.

Les bâtiments couvraient cent soixante-sept acres. Administration 1,18 acres, Agriculture 13,35, Art 5,98, Électricité 6,09, Pêche 2,16, Gouvernement 3,57, Horticulture 5,46, Machines 18,26, Manufactures 30,88, Mines 5,65, Transport 16,16, Femmes 1,89, Bâtiments mineurs 37,43, Bâtiments d'État 10,35, Bâtiments étrangers 3.11, Concession (Bâtiments intermédiaires, stands, etc.) 18.38, Autres 7.27.

Au-delà des expositions dans ces bâtiments, le World's Columbian était connu pour ses congrès avec différents congrès organisés chaque semaine, plus de deux cents en tout, y compris le département du progrès de la femme, le département de la presse publique, la tempérance, la réforme morale et sociale, la musique et Suite.

Ce fut un succès par tous les moyens, réalisant même des bénéfices, selon la comptabilité de l'Exposition universelle. La ville blanche a stimulé le mouvement City Beautiful ainsi qu'un boom de la construction dans un style architectural similaire dans les capitales des États du pays, et a étonné le public qui est venu. Les recettes des concessionnaires eux-mêmes ont totalisé 16 583 051,53 $, dont l'exposition a subi une réduction de près de 25 %.

Prasch - "Chicago a été pionnière à plusieurs égards. La ville blanche créée pour la fête foraine, sur des terres en grande partie récupérées sur le lac Michigan, était un ensemble architecturalement unifié. C'était à certains égards controversé - en particulier parmi les architectes, qui trouvaient le style régressif et non moderne - mais il était extrêmement populaire parmi les médias de masse et les amateurs de foires. Chicago comportait également une approche anthropologique systématique de l'exposition des peuples non européens, même si cela a été largement contrecarré par les Midway. Cela était déjà implicite, je pense, dans , disons, Londres 1886, ou Paris 1878, mais pas, je pense, de ce genre de manière systématique. Peut-être plus important encore, Chicago a été le pionnier du "Midway Plaisance", site de la grande roue et de la danse du ventre de Little Egypt et bien d'autres choses. a également été repris des foires précédentes, mais atteint de nouveaux sommets à Chicago, où la sphère distincte du divertissement, consacrée à l'entreprise privée, est la plus développée. à mi-chemin après 1893. La ville a fait valoir ses arguments dans le concours pour un site, et l'a à peu près prouvé dans la tenue de la foire. "

Leonard Levitan - "Chicago 1893 a présenté la grande roue, les cartes postales illustrées et a fait du souvenir un souvenir précieux, lançant une nouvelle industrie géante en Amérique. Ils ont produit des centaines d'articles uniques pour cet événement et c'est aujourd'hui le paradis des collectionneurs. Il a également introduit la grande architecture européenne et le concept d'urbanisme intelligent à l'Amérique dont les villes à l'époque se développaient en désordre sans plan fixe alors que les immigrants s'installaient (c'est-à-dire à New York).Ce n'est pas un hasard si Fredric Olmstead était l'un des planificateurs Chaque banque construite en Amérique après 1893 a montré cette influence.

Sources : Rapport du président du conseil d'administration de la World's Columbian Exposition, Chicago 1892-3 World's Columbian Exposition Illustrated - Consacré aux intérêts de la Columbian Exposition, Art and Literature Book of the Fairs, Columbian The Final Official Report of the Directeur des travaux de la World's Columbian Exposition, Daniel Burnham Chicago's Great World's Fairs Chicago's White City of 1893 "The Chicago World's Fair of 1893, the World's Columbian Exposition," Norman Bolotin et Christine Laing Histoire des expositions New York Times London Times Historical Dictionary of Nouvelles des foires mondiales.

Universel, avant B.I.E.


Participants internationaux Nations et colonies

Algérie (C), Argentine, Autriche, Australie (C), Barbade (C), Guyane britannique (C), Inde britannique (C), Antilles britanniques (Îles sous le vent)(C), Grande-Bretagne et possessions, Belgique, Brésil , Bolivie, Bulgarie, Cap de Bonne Espérance (C), Canada, incl. Alberta, Chine, Chili, Ceylan (C), Corée (Voir Corée), Costa Rica, Cuba (C), Curaco (Indes néerlandaises) (C), Colombie, Dahomey (C), Antilles danoises (C), Danemark , Guyane néerlandaise (Suriname) (C), Antilles néerlandaises (C), Indes orientales (C), Équateur, Égypte (C), France et possessions, Allemagne, Grèce, Guatemala, Haïti, Hawaï (Îles Sandwich), Honduras, Hongrie, îles du Pacifique, Italie, Jamaïque (C), Japon, Jahore (C), Corée, Libéria, Madagascar (C), Mexique, Monaco, Maroc, Pays-Bas et colonies), Nouvelle-Zélande (C), Nouvelle-Galles du Sud (C), Nicaragua, Norvège (Norvège, même si jumelée avec la Suède à l'époque, considérée comme une nation avec un bâtiment séparé), État libre d'Orange, Paraguay, Pérou, Perse, îles Philippines (C), Pologne (listée avec la Russie), Portugal , Porto Rico (C), Russie, Salvador, Samoa , San Domingo (C), Scandinave (Pas pays, mais aurait pu être plusieurs ensemble), Servia, Siam, Suède, Espagne, Syrie (C), Suisse, Tunis (C ), Trinidad (C), Turquie, États-Unis, Uruguay, Venezuela.

Nations/Colonies avec bâtiments - 19. Costa Rica, Colombie, Guatemala, Venezuela, Espagne, Ceylan, Nouvelle-Galles du Sud, Turquie, Brésil, Canada, Suède, Japon, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Haïti, Norvège, Inde orientale.

Bâtiments d'État - Arkansas, Iowa, Ohio, Californie, Territoires communs, Pennsylvanie, Kentucky, Kansas, Dakota du Sud, Connecticutt, Louisiane, Colorado, Maine, Massachusetts, Texas, Delaware, Maryland, Utah, Michigan, Floride, Minnesota, Virginie, Missouri , Virginie-Occidentale, Montana, Vermont, New York, Wisconsin, New Hampshire, Washington, New Jersey, Idaho, Nebraska, Illinois, Dakota du Nord, Indiana.

Diverses sources répertorient différents participants. La liste de passage des rapports officiels et le département des travaux du rapport officiel, ainsi que l'histoire illustrée et d'autres listes diffèrent parfois. Certains sont répertoriés avec des bâtiments, des expositions et/ou des concessions. Utilisez ce qui précède comme un guide, pas comme un évangile.

Bouchées de l'Expo Le Chicago Day, célébré à l'occasion de l'anniversaire de l'incendie de Chicago le 10-9-1871, a été le jour le plus fréquenté avec 716 880 entrées payantes.

L'exposition utilisait plus d'électricité que toute la ville de Chicago à cette époque.

Il y avait un trottoir mobile qui emmenait les visiteurs sur la jetée du casino et retour, même si la tour qui était censée être construite à la fin en tant qu'attraction n'avait jamais été construite. Un chemin de fer intra-muros faisait le tour du terrain, coûtait 10 cents pour un trajet de 20 minutes à 12 mph. Il y avait aussi un chemin de fer coulissant et un chemin de fer sur glace ainsi que des gondoles sillonnant les divers canaux et lacs.

Le Midway Plaisance comprenait les attractions suivantes : Congrès de la beauté, Irish Industrial Association, Hindoo Jugglers, Electric Scenic Theatre, Venice Murano Co., Donegal Castle, Hagenbeck Arena, Japanese Bazaar, Samoan Village, Japanese Village, Jahore Bungalow, Turkish Village, Streets in Le Caire, Alpes Bernoises, Frances Triocea, Pavillon Pompéi, Palais maure, Palais persan, Tour Eiffel, Village algérien, Volcan du Kilauea, Vieille Vienne, Village de Laponie, Ballon captif, Village du Dahomey, Grand spectacle oriental, Village chinois, Pressoir à cidre français, Stand bulgare, village allemand, etc.

La capacité des restaurants sur place était de 30 000 personnes par heure.

Héritage Field Columbian Museum, maintenant le musée des sciences et de l'industrie dans le palais des beaux-arts de Jackson Park. Le musée a ouvert ses portes au public le 2 juin 1894. Il y avait un terrain pour l'Université de Chicago, la première ligne de transport en commun surélevée de Chicago, et d'autres avantages, y compris les avantages tangibles et plus intangibles : il a fourni de l'emploi pendant les périodes difficiles, a stimulé les investissements dans tout l'État, a accru la reconnaissance extérieure du potentiel de Chicago, a attiré l'argent des visiteurs et généré des recettes fiscales, et a contribué à propulser l'image de la région en tant que puissance économique. À partir de Midway, la grande roue d'origine arriverait à Saint-Louis en 1904, mais finira par être mise à la ferraille. Il a laissé un héritage de ces roues dans les parcs d'attractions qui dure encore aujourd'hui. Le bâtiment du Maine a été déplacé dans le Maine au printemps de Pologne et est ouvert au public en été. La Dutch House a été déplacée à Brookline, Massachusetts et est maintenant une attraction touristique. Le Norway Building est situé à Blue Mounds dans le Wisconisin et est ouvert aux visiteurs.

Les responsables

Daniel Burnham était le chef et l'architecte de la foire de 1893. Le grand plan de l'aménagement de l'exposition a été conçu par Frederick Law Olmstead, avec tous les bâtiments principaux avec une façade sur terre et sur l'eau. Lyman Gage a choisi le président de corp avec Thomas B. Bryan et Potter Palmer comme vice-président. Gage a ensuite été remplacé avant l'ouverture par William Baker et lui, pendant la durée de la foire, par H.N. Higinbotham. George R. Davis était directeur général.


Haut de la colonne de photos : Grande roue originale à l'Exposition universelle de 1893 de Chicago, 1893, Waterman Company. En bas : Carte publicitaire pour machine à coudre Singer montrant des personnes du Portugal, 1893, J. Ottmann Lithograph Company. Photos avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque du Congrès.


Exposition universelle colombienne de 1893

Quel a été l'impact de l'Exposition universelle de 1893 sur Chicago et son architecture ?

Monde, rencontrez Chicago

La World&rsquos Columbian Exposition de 1893 a été la première exposition mondiale à Chicago. Sculptant quelque 600 acres de Frederick Law Olmsted&rsquos Jackson Park, l'exposition a été une étape majeure. Le Congrès a accordé à Chicago l'opportunité d'accueillir la foire par rapport aux autres villes candidates de New York, Washington D.C. et St. Louis, Missouri. Plus de 150 000 personnes ont traversé le parc chaque jour au cours de ses six mois, ce qui le rend plus grand que toutes les foires mondiales américaines qui l'ont précédé.

La foire a fait prendre conscience aux visiteurs que Chicago prenait sa place en tant que « ville la seconde » après New York. Les habitants étaient également fiers des énormes progrès et de la croissance réalisés au cours des deux décennies qui ont suivi le grand incendie de Chicago de 1871. La foire était si importante qu'elle est représentée comme une étoile sur le drapeau de Chicago.

Quel a été l'impact de l'Exposition universelle de 1893 sur l'architecture de Chicago ? Plus directement, la foire a favorisé l'urbanisation rapide du côté sud. De nouveaux corridors de développement se sont développés le long du lac et la nouvelle ligne de train surélevée (aujourd'hui Ligne verte CTA) et de nouveaux blocs de logements ont été construits pour les travailleurs de la foire. Des lieux de divertissement et des hôtels ont également vu le jour dans les environs de Hyde Park et Woodlawn, dont certains deviendront des destinations de villégiature majeures jusqu'au milieu du 20e siècle.

La ville blanche

Le site de l'exposition lui-même a gagné le surnom de &ldquoWhite City&rdquo en raison de l'apparence de ses bâtiments blancs massifs. La ville blanche a présenté les idées de l'architecte en chef Daniel Burnham & rsquo pour un mouvement & ldquoCity Beautiful & rdquo. Alors que les bâtiments de la foire n'étaient pas conçus pour être des structures permanentes, leurs architectes ont utilisé la grandeur et le romantisme du classicisme des Beaux-Arts pour légitimer l'architecture des pavillons et évoquer la solidité de cette jeune ville. Burnham et Edward H. Bennett&rsquos 1909 Plan of Chicago était l'aboutissement des leçons apprises à la foire. Le plan a offert à Chicago un modèle de croissance et a influencé la planification urbaine dans le monde entier.

Les grands bâtiments néoclassiques de la ville blanche et les temples de l'industrie et de la civilisation sont devenus des modèles pour les banques et les bâtiments publics à travers le pays. Ils ont également influencé les conceptions des musées qui se trouvent maintenant au bord du lac de Chicago. Le Musée des Sciences et de l'Industrie est installé dans l'ancien Palais des Beaux-Arts de l'Exposition Universelle. Le Field Museum, que le cabinet d'architecture Burnham a aidé à planifier, a été le premier occupant du Palais des Beaux-Arts (dans les années 1920, il a déménagé dans un autre bâtiment néo-classique). L'influence de la ville blanche s'est également étendue au centre-ville, où l'Art Institute of Chicago a été construit pour la foire de 1893.

Héritage de la foire

Les millions de visiteurs qui sont venus à Chicago pendant la foire ont emporté de nouvelles idées dans les domaines du commerce, de l'industrie, de la technologie et du divertissement. Ils ont croisé d'autres personnes du monde entier et sont repartis avec une nouvelle perspective sur Chicago. L'écrivain de voyage James Fullarton Muirhead a visité la foire depuis l'Écosse et a écrit plus tard : &ldquoDepuis 1893, Chicago ne devrait jamais être mentionnée comme &lsquoPorkopolis&rsquo sans une référence simultanée au fait qu'elle était aussi le créateur de la ville blanche, avec sa cour d'honneur, peut-être la création la plus parfaite et la plus féerique, à grande échelle, de l'invention de l'homme.

Aujourd'hui, les bâtiments des Beaux-Arts de Chicago rappellent l'exposition. En fait, de nombreux bâtiments Beaux-Arts à travers le pays doivent leur existence à la Ville Blanche. Un héritage plus sombre se perpétue dans le livre de non-fiction, Le diable dans la ville blanche. Il suit le travail de Daniel Burnham et la création de la foire, ainsi que les actions du meurtrier en série Dr. H. H. Holmes. L'un des héritages physiques les plus prolifiques de la foire est la grande roue, qui a été inventée en 1893 pour l'espace d'exposition et de divertissement de Midway Plaisance. Des milliers de &ldquoChicago Wheels&rdquo s'élèvent maintenant au-dessus des villes du monde entier.


Modes de transport pour les spectacles itinérants américains

Pendant la majeure partie de l'histoire du XIXe siècle, l'Amérique du Nord rurale a profité du divertissement des spectacles itinérants. Ces spectacles peuvent inclure un cirque, un spectacle de vaudeville, un spectacle burlesque ou un spectacle de lanterne magique. Grâce à la Foire universelle de Chicago de 1893, une nouvelle forme de divertissement a été offerte à l'Amérique. Les premières années des American Travelling Shows allaient de ville en ville à cheval et en chariot. Des années plus tard, l'American Traveling Shows utilisera des wagons de chemin de fer.

Les spectacles itinérants modernes utilisent aujourd'hui principalement des plates-formes de semi-remorque jouant à la fois des foires d'État et de comté, ainsi que des lieux plus petits tels que des bazars d'église, des collectes de fonds pour les pompiers volontaires et des célébrations civiques.

UNE spectacle itinérant est un spectacle d'amusement en plein air qui peut être composé de manèges, de vendeurs de nourriture, de vendeurs de marchandises, de jeux de hasard et d'adresse, d'actes de sensations fortes, d'actes d'animaux ou de curiosités. Un carnaval ambulant n'est pas installé dans un endroit permanent, comme un parc d'attractions, mais est déplacé d'un endroit à l'autre.


4. La foire a produit un certain nombre de premières.

Parmi les produits commerciaux très appréciés qui ont fait leurs débuts à la Foire mondiale de Chicago, il y avait la crème de blé, la gomme Juicy Fruit et la bière Pabst Blue Ribbon. Les produits technologiques qui allaient bientôt trouver leur place dans les foyers du pays, tels que le lave-vaisselle et les ampoules fluorescentes, avaient également des versions prototypes exposées à Chicago.

Le gouvernement des États-Unis est également entré dans la loi, en émettant les premières cartes postales et timbres commémoratifs du pays et deux nouvelles pièces commémoratives : un quart et demi de dollar. Le demi-dollar mettait en vedette Christophe Colomb, en l'honneur duquel la foire avait été organisée, tandis que le trimestre représentait la reine Isabelle d'Espagne, qui avait financé les voyages de Colomb&# x2019&# x2014, ce qui en fait la première pièce américaine en l'honneur d'une femme.


Histoire de l'alimentation : l'exposition colombienne de 1893 à Chicago

Tout au long de sa longue histoire, l'Exposition Universelle a toujours été une vitrine d'innovation et de progrès. Alexander Graham Bell a fait ses débuts avec le téléphone à l'Exposition du centenaire de 1876 à Philadelphie, et la photographie couleur a été présentée pour la première fois au public à l'Exposition universelle de 1939 à New York. Mais la pointe de la technologie se limitait à la technologie : bon nombre des aliments les plus emblématiques d'aujourd'hui ont d'abord atteint un public de masse au parc des expositions. En l'honneur de notre rôle à l'Expo Milano 2015, nous jetons un regard rétrospectif sur l'histoire de l'alimentation lors des foires mondiales.

Notre premier arrêt est l'Exposition colombienne de 1893 à Chicago, où les participants ont dégusté plusieurs produits qui sont toujours sur les étagères aujourd'hui, notamment le Cracker Jack, la gomme Juicy Fruit, la crème de blé et la farine à crêpes de tante Jemima. Pour les débuts de l'exposition de tante Jemima, Nancy Green, une ancienne esclave et originaire de Chicago qui a été embauchée comme visage de l'entreprise trois ans plus tôt, a présenté le mélange de crêpes et préparé des milliers de portions pour les participants. Les démonstrations de tante Jemima sont devenues si populaires que des policiers spéciaux ont été affectés à la garde de Green et de son stand. Les responsables de l'exposition ont décerné à Green une médaille pour son sens du spectacle, tandis que la Davis Milling Company, propriétaire de Aunt Jemima&rsquos Pancake Flour, a remporté 50 000 nouvelles commandes.

Les événements de l'Exposition de 1893 ont servi de catalyseur à deux autres marques légendaires : Milton Hershey a été tellement inspiré par une démonstration de fabrication européenne qu'il a immédiatement acheté l'équipement exposé pour faire passer son entreprise de caramel de Pennsylvanie au chocolat, tandis que la Pabst Brewing Company a obtenu son célèbre bleu ruban à Chicago.

Restez à l'écoute pour plus de dépêches sur l'histoire de la foire alimentaire mondiale, ainsi que des nouvelles sur Expo Milano 2015, la toute première foire mondiale à se concentrer exclusivement sur l'alimentation. La James Beard Foundation, avec l'International Culinary Center, dirige la conception et la construction du pavillon américain du rassemblement, dont le thème sera American Food 2.0. Plus sur tout cela ici.

Consultez nos archives complètes de la couverture d'Expo Milano.

Pour plus d'informations sur USA Pavilion, visitez USAPavilion2015.net et suivez @USAexpo2015 sur Twitter. Pour en savoir plus sur Expo Milan, visitez expo2015.org/en et suivez @Expo2015Milano.

Maggie Borden est rédactrice adjointe à la James Beard Foundation. Retrouvez-la sur Twitter et Instagram.


World's Columbian Exposition - Le Nebraska Building

L'Exposition universelle de Colombie, commémorant la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, a été inaugurée le 1er mai 1898 à Chicago. Les 150 bâtiments de l'exposition de styles architecturaux grecs, romans et Renaissance sont devenus connus sous le nom de ville blanche et ont exposé les talents des plus grands architectes et sculpteurs américains. Populairement connue sous le nom d'Exposition universelle de Chicago, l'exposition couvrait six cents acres et rassemblait des expositions de soixante-douze pays. L'architecture et l'aménagement paysager ont eu un effet puissant sur la nation et étaient en grande partie responsables du mouvement City Beautiful, qui cherchait à rendre les villes américaines plus attrayantes et plus habitables grâce à la planification de bâtiments et de parcs.

La législature du Nebraska de 1891 a affecté seulement 50 000 $ pour une exposition du Nebraska à l'exposition. Ce petit montant n'a pas permis de fournir un bâtiment approprié pour exposer les produits et les réalisations de l'État. Le 3 juillet 1893, Les Journal d'État du Nebraska de Lincoln a critiqué à la fois le bâtiment et Joseph Garneau, Jr., commissaire général de l'exposition du Nebraska :

"Le terme 'crackerbox' [Garneau était un fabricant de crackers d'Omaha] qui s'est imposé au premier homme qui l'a vu, et sera probablement répété jusqu'à la fin des temps, est une assez bonne description du bâtiment bas, carré et blanc, dont la laideur est à peine soulagée par quelques piliers grecs et un sceau d'état doré. Les porches sont hauts et étroits et sont généralement couverts de personnes assises sur les marches. Il fut un temps où le panneau "peinture fraîche" empêchait tout les intrus, mais maintenant la peinture appartient au passé et même les planches elles-mêmes s'usent rapidement en raison de l'usage intensif qu'elles reçoivent. Les expositions en grande partie agricoles à l'intérieur auraient « vu leurs meilleurs jours aux foires du comté ».

Heureusement, certaines critiques étaient moins pointues. Un précédent article dans le Journal d'État (11 juin 1893) remarqua : « La dernière épithète à être appliquée au bâtiment du Nebraska est celle donnée par un journal de Chicago qui le décrit comme « pittoresque ». Cela devrait rappeler aux gens qui le condamnent comme laid qu'il n'est pas toujours nécessaire d'appeler les choses par leur vrai nom et que même si l'adjectif ci-dessus n'est pas correct d'un point de vue architectural, il est plus poli à utiliser."


L'Exposition Universelle Colombienne

La World's Columbian Exposition, également appelée Chicago World's Fair, Great Chicago Fair et White City, était une exposition nationale construite pour commémorer le 400e anniversaire de l'arrivée de Christophe Colomb dans le Nouveau Monde. Il a duré cinq mois, s'ouvrant le 1er mai et se terminant le 30 octobre.

Des millions de visiteurs - dont beaucoup de l'étranger - sont venus à Chicago, s'émerveillant des gloires affichées à la Foire. Un entier faux La ville a été construite, principalement avec des matériaux éphémères, à mi-chemin de Hyde Park. La ville blanche était une célébration nationale, étatique et municipale de l'art américain, du commerce, du progrès économique et de l'enthousiasme américain de la fin du siècle. Les salles d'exposition reflètent la façon dont de nombreux Américains se perçoivent eux-mêmes et leur pays, beaucoup semblent étranges ou même bizarres lorsqu'ils sont vus de notre point de vue. Le seul bâtiment restant de la Foire est l'actuel Musée des Sciences et de l'Industrie. Son architecture imposante et sa mission intellectuelle et éducative ambitieuse sont dans l'esprit de l'Exposition.

À la fin de la Foire, un incendie a détruit la plupart des bâtiments temporaires. La fierté et l'exaltation de la foire ont tourné au vinaigre avec le début d'une dépression économique - la panique de 1893. À la fin de cette année, la combinaison de conditions économiques déprimées et l'excès de main-d'œuvre que la foire avait attiré à Chicago avait jeté 100 000 hommes dans ses rues. Une épidémie de variole prenait également de l'ampleur à la fin de l'été, certains ont déclaré qu'elle avait commencé avec quelques cas non signalés à la Foire.

Florence Kelley, Jane Addams et un certain nombre d'autres femmes éminentes de Chicago ont publiquement démissionné du comité de planification de la foire en signe de protestation. Florence Kelley a emmené son fils, Nicholas, à la foire et l'a déclarée belle. Elle était cependant très occupée cet été-là par ses nouvelles responsabilités en tant que première femme inspectrice d'usines du pays.

Palais des Arts de nuit. Description : Art Palace la nuit Chicago, IL. Source : ICHi-52338. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction d'illustration, artiste - C. Graham. Date : 1893.

La nuit dans la Grande Cour. Description : La nuit dans le Grand Court Chicago, IL. Source : ICHi-52334. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction d'illustration, artiste : C. Graham. Date : 1893.

Rue du Caire. Description : Rue du Caire Chicago, IL. Source : ICHi-52337. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction d'illustration, artiste - C. Graham. Date : 1893.

Les gens dans un champ. Description : Personnes dans un champ Chicago, IL. Source : ICHi-52243. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction de tirage photographique, photographe inconnu. Date : début des années 1890.

Crèche pour bébés, bâtiment pour enfants, exposition colombienne mondiale de 1893. Description : Crèche pour bébés, bâtiment pour enfants, exposition colombienne mondiale de 1893. Latern Slide numéro 74 Chicago, IL. Source : ICHi-52109. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction de tirage photographique, photographe inconnu. Date : 1893.

Soirée de Fête, Île Boisée. Description : Soirée de fête, île boisée Chicago, IL. Source : ICHi-52342. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction d'illustration, artiste - C. Graham. Date : 1892.

Exposition colombienne mondiale de la construction de la pêche. Description : Construction de la pêche à l'exposition colombienne mondiale de Chicago, IL. Source : ICHi-39573. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction de tirage photographique, photographe - Deardorff. Date : 1893.

Groupe de personnes debout dans un pré. Description : Groupe de personnes debout dans une prairie près du site de Columbian Exposition Chicago, IL. Source : ICHi-52241. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction de tirage photographique, photographe inconnu. Date : début des années 1890.

Groupe de personnes. Description : Groupe de personnes debout sur le chantier de construction de l'Exposition universelle colombienne de Chicago, IL. Source : ICHi-52245. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction de tirage photographique, photographe inconnu. Date : début des années 1890.

Intérieur de l'édifice des Manufacturiers et des Arts libéraux. Description : Intérieur du bâtiment des fabricants et des arts libéraux à Chicago, IL. Source : ICHi-52325. Musée d'histoire de Chicago. Reproduction d'illustration, artiste - C. Graham. Date : 1893.

Looking south, Administration Building from Wooded Isle Bridge World's Columbian Exposition. Description: Looking south, Administration Building from Wooded Isle Bridge World's Columbian Exposition, Chicago, IL. Source: ICHi-25087. Chicago History Museum. Reproduction of photographic print, photographer ?. Date: 1893.

Moving Sidewalk World's Columbian Exposition. Description: Moving Sidewalk World's Columbian Exposition Chicago, IL. Source: ICHi-25107. Chicago History Museum. Reproduction of halftones, photographer unknown. Date: 1893.

People in field with stick during Columbian Exposition construction. Description: People in field with stick during Columbian Exposition construction Chicago, IL. Source: ICHi-52246. Chicago History Museum. Reproduction of photographic print, photographer unknown. Date: early 1890s.

People in a field. Description: People in a field Chicago, IL. Source: ICHi-52243. Chicago History Museum. Reproduction of photographic print, photographer unknown. Date: early 1890s.

People with shovels breaking ground for Columbian Exposition construction. Description: People with shovels breaking ground for Columbian Exposition construction Chicago, IL. Source: ICHi-17514. Chicago History Museum. Reproduction of photographic print, photographer unknown. Date: early 1890s.

Rand McNally World's Columbian Exposition map with index. Description: Rand McNally World's Columbian Exposition map with index Chicago, IL. Source: ICHi-35984. Chicago History Museum. Reproduction of illustration, creator - Rand McNally. Date: 1893.

The Barge of Columbia. Description: The Barge of Columbia Chicago, IL. Source: ICHi-42340. Chicago History Museum. Reproduction of illustration, artist - C. Graham. Date: 1893.

The gilded entrance to transportation building. Description: The gilded entrance to transportation building Chicago, IL. Source: ICHi-52341. Chicago History Museum. Reproduction of illustration, artist C. Graham. Date: 1893.

The Silver Statue, Montana exhibit. Description: The Silver Statue, Montana exhibit Chicago, IL. Source: ICHi-52335. Chicago History Museum. Reproduction of illustration, artist - C. Graham. Date: 1893.

The Yerkes Telescope. Description: The Yerkes Telescope Chicago, IL. Source: ICHi-52336. Chicago History Museum. Reproduction of illustration, artist - C. Graham. Date: 1893.

World's Columbian Exposition World's Columbian Exposition Chicago, IL. Source: ICHi-52324. Chicago History Museum. 1893.

Women's Building, footbridge in foreground, World's Columbian Exposition Women's Building, footbridge in foreground, World's Columbian Exposition Chicago, IL. Source: ICHi-16265. Chicago History Museum. Reproduction of photographic print, photographer unknown. Date: 1893.


Expérience américaine

Chicago Exposition, 1893. Library of Congress

America hosted the World's Fair of 1893 as a celebration of Columbus' voyage to the continent four hundred (and one) years earlier. Chicago beat out New York, St. Louis and Washington, D.C. for the privilege of hosting the fair. Like the 1876 Centennial Exposition before it, the Fair provided a showcase for American power — and a reflection of the nation's prevailing values.

The board supervising the fair invited Frederick Law Olmsted, America's premier landscape architect, to develop a site and plan for the fair. With his partner Harry Codman, Olmsted chose Jackson Park on Lake Michigan. Rather than design a landscape, Olmsted and Codman conceived of a spectacular seascape. Along with the lake itself, a series of artificial pools and canals would contrast with islands and raised terraces for the buildings. An arrangement of buildings around a terrace had been used at the last World's Fair, in Paris of 1889 -- but the Chicago site was four times larger.

Daniel Hudson Burnham, of the Chicago architectural partnership Burnham and Root, the chief of construction for the fair, enthusiastically adopted this proposal. Burnham then suggested that the greatest American architects of the time contribute designs for the buildings. The contributors included Richard Morris Hunt (who built the façade of the Metropolitan Museum in New York), Charles McKim (New York Public Library), Robert Peabody, George B. Post (New York Times building), Henry Van Brunt, Louis Sullivan, and William LeBaron Jenney (Home Insurance Building of Chicago, among the first with a steel skeleton). The sculptor Augustus Saint-Gaudens, as artistic director, oversaw the decorative program of the fair, which included works by Daniel Chester French, who later created the statue of Lincoln for that president's memorial, and the Impressionist painter Mary Cassatt.

When the architects met in Chicago in 1891 to share their designs with one another, Olmsted noted, "the general comradeship and fervor of the artists was delightful to witness & more delightful to fall into." Together, they collaborated on a magnificent vision -- and enjoyed their own audacity in dreaming it up. Saint-Gaudens compared the group to the Italian Renaissance geniuses who built Florence. "Look here, old fellow," he said to Burnham, "do you realize that this is the greatest meeting of artists since the fifteenth century!"

The Neo-Classical buildings of Hunt, McKim and the other eastern architects stood around a basin in the Court of Honor Sullivan's multicolored Transportation Building was off to one side. A mile-long commercial strip, the Midway Plaisance, provided entertainments nearby.

The Court of Honor's buildings served as exhibition halls, housing the newest inventions and appliances for the home and farm, many of them powered by electricity. Visitors gawked at electric incubators for chicken eggs, electric chairs for executions, an electric sidewalk, an early fax machine that sent pictures over telegraph lines, electric irons, sewing machines and laundry machines, and Thomas Edison's Kinetoscope, the first moving pictures. For many of the fairgoers, Edison's fourteen-year-old invention, the electric lightbulb, was a novelty they had never seen before. That the Court was lit at night was itself astonishing. The exhibits helped to demystify the many mysterious new inventions of the age.

The seascape conception worked beautifully. Newly designed electric boats, quieter and smaller than steam-powered boats, carried fair-goers around the site. There were also Venetian gondolas, a Norwegian Viking ship, a Japanese dragon boat and replicas of the Niña, les Pinta et le Santa Maria. The World's Fair Steamship Company ran ferries from midtown to the fair with live music on board and the best view of Chicago available for 15 cents.

"The influence of the Exposition on architecture will be to inspire a reversion toward the pure ideal of the ancient," Burnham wrote. Although individual architects like Olmsted and Sullivan were unhappy with the idea of privileging of classical European design over homegrown American styles, Burnham succeeded. The World's Columbian Exposition established a Neo-Classical revival in Chicago and across America.

Although the Court of Honor influenced American architecture for decades to come, most visitors to the fair were more impressed with the Midway.

"[W]hin ye say anything to thim about th' fair, they say: 'D'ye raymimber th' night I see ye on th' Midway?" — Mr. Dooley, Irish bartender, a fictional character from Finley Peter Dunne's Nouvelles quotidiennes Colonnes

Performances of classical music and other uplifting entertainments were scheduled for the buildings of the Court of Honor of the World's Columbian Exposition, Neo-Classical buildings arranged around a basin and connected by footbridges over canals and lagoons. The Court of Honor was having trouble competing with the Midway, however, and the concerts were poorly attended. Theodore Thomas, the fair's musical director, resigned halfway through the exposition, recommending that for "the remainder of the Fair music shall not figure as an art at all but be treated merely on the basis of an amusement."

Taking his suggestion to heart, and trying to lure fairgoers from the Midway, the Court of Honor started featuring John Philip Sousa marches. Moreover, the Court was host to donkey races, boat and swim races in the lagoon, international tug-of-war contests, tightrope-walking, and parachute drops. Clearly, the spirit of the Midway had overtaken the "White City" of the Court of Honor.

The Midway's most outstanding feature from afar was George Washington Gale Ferris's gigantic wheel ride -- the first Ferris wheel ever built. This was a direct response to Gustave Eiffel's tower for the Paris fair of 1889. The attraction featured 140-foot-high towers and a 250-foot-diameter wheel whose apex brought riders to a point higher than the crown of the Statue of Liberty. For fifty cents each, 1.4 million riders went for two revolutions. A New York entrepreneur ordered a half-sized wheel for his park in Coney Island, telling a reporter, "We Americans want either to be thrilled or amused, and are ready to pay well for either sensation."

The Midway performers included the escape artist Harry Housini, ragtime pianist Scott Joplin, and Buffalo Bill Cody and his Wild West Show. There were also beauty contests, dwarf elephants, a two-headed pig, boxing matches and Hindu jugglers.

For the first time, hungry Americans were offered hamburger sandwiches and fizzy, carbonated soft drinks. They could even get a new-fangled postcard to send to their friends.

There were talks by the local reformer Jane Addams, by suffragettes Susan B. Anthony and Elizabeth Cady Stanton, by the famed lawyer Clarence Darrow, future president Woodrow Wilson, and by the socialist Samuel Gompers. Historian Frederick Jackson Turner gave his seminal paper on the closing of the American frontier at the Fair, and Oliver Wendell Holmes spoke on literature.

International exhibits included German and Irish villages, mosques, a Cairo street, an Indian reservation, half-naked Dahomeyan villagers and Algerian belly dancers. But there was no acknowledgement of the more than eight million African Americans.

Civil rights leader Frederick Douglass complained that the only examples of African culture on display were the villagers from Dahomey. He organized a Colored People's Day at the fair and was jeered at and ridiculed — until he spoke. The Exposition was, among other purposes, the largest reconciliatory event since the Civil War, held while lynching was on the rise in the South. Douglass said: "We Negroes love our country. We fought for it. We ask only that we be treated as well as those who fought against it."

Similarly, the Native American exhibits, organized by the curator of Peabody Museum of Harvard University, were criticized by one of the staff members because they were "used to work up sentiment against the Indian by showing that he is either savage or can be educated only by Government agencies. Every means was used to keep the self-civilized Indians out of the Fair." The staff member, Emma Sickles, was fired.

The World's Columbian Exposition was wildly popular. In the six months that it operated, 27 million people visited the fair. That number is astounding today, but even more so when one considers that the population of the United States was only 63 million in 1890, or that there was an economic depression at the time and families mortgaged farms and houses, or borrowed on their life insurance, to visit. This was Chicago's — and America's — showcase, a chance to set a standard and an agenda for the century that was to come.

One farmer was overheard speaking to his wife as they left the Fair: "Well Susan, it paid, even if it did take all the burial money."


5 fun facts about the World’s Columbian Exposition of 1893

This year marks the 125th anniversary of the “White City,” the first world’s fair held in Chicago. The fair ran from May 1 through Oct. 31 in Jackson Park on the city’s South Side, drawing in more than 27 million visitors over its six-month run.

Held in celebration of the 400 th anniversary of Christopher Columbus&rsquos arrival in America, the fair was a stage for the world&rsquos newest inventions, innovations and ideas. Here are a few fun facts about the fair.

1. THE FAIR CHANGED FOOD

Often called &ldquothe fair that changed Chicago,&rdquo the World&rsquos Columbian Exposition of 1893 gave us many foods and drinks that are still popular today. Snacks like Juicy Fruit gum, Cracker Jack and brownies all trace their origins back to the fair. The beef sausage that would become the foundation of the Chicago-style hot dog also made its appearance at the White City. Even Pabst beer has claimed its roots stem back to the exposition, where the company won its namesake blue ribbon.

2. CIVIC BUILDINGS NATIONWIDE MIMICKED THE FAIR&rsquoS BEAUX ARTS STYLE

The chief architect of the fair Daniel Burnham chose the Beaux Arts architectural style for the fair&rsquos main buildings. Beaux Arts design is characterized by classical details like columns and pediments, highly decorative surfaces, statues, symmetry and the use of stone. Burnham&rsquos choice of style influenced architecture in the United States for several decades. Many turn-of-the-century towns&rsquo city halls, libraries and courthouses look very similar to the buildings at the World&rsquos Fair.

3. IT WAS A WIN FOR WOMEN&rsquoS RIGHTS

Long before the suffragettes won the right to vote, Chicago socialite Bertha Honoré Palmer fought for women to have a seat at the World&rsquos Fair table. Palmer&mdashof Palmer House Hotel fame&mdashwas the chair of the Board of Lady Managers, the first governing body of its kind. The board was instrumental in establishing the Woman's Building at the Fair, which was designed by one of America&rsquos first female architects: MIT graduate Sophia Hayden. The Woman&rsquos Building featured arts, crafts and murals created by women.

4. FERRIS WHO? CHICAGO WAS ALMOST HOME TO A BIGGER EIFFEL TOWER.

At the 1889 World&rsquos Fair in Paris, Gustave Eiffel unveiled his signature tower that soon became a worldwide sensation. When the Chicago World&rsquos Fair committee began to plan the exposition, it asked U.S. architects to design a structure that would &ldquoout-Eiffel, Eiffel.&rdquo The initial proposals the committee received included what would have been the modern world&rsquos first bungee jump and a 1,500-foot tower made entirely of logs. Gustave Eiffel even offered to build a tower similar to his Parisian masterpiece, but considerably larger. The committee seriously considered Eiffel&rsquos offer, but the U.S. engineering community insisted an American design the structure. It chose Pittsburgh engineer George Washington Ferris&rsquos design&mdashthe Ferris Wheel.

5. RAILWAYS, RICHES AND RESILIENCE: THE FAIR HAD IT ALL

Several cities competed to host the Columbian Exposition of 1893. In addition to Chicago, New York City, Washington, D.C. and St. Louis all threw their hats in the ring. All four cities made strong cases, especially Washington, D.C. as the seat of our government and New York as the nation&rsquos largest city. So how did Chicago edge out the competition? Congress cited several reasons for their choice, including Chicago&rsquos extensive railway system, its central location and its citizens&rsquo fundraising efforts, which totaled more than $5 million. But there was another factor at play: Chicago&rsquos tenacity. While New York boasted its logistical capabilities, Chicago touted its resilience. Our city had risen from the ashes of a debilitating fire to become a symbol of America&rsquos aspirations&mdashan energetic, brash growing metropolis where anything was possible.

Stay updated

Sign up for e-news

For a reminder of upcoming family and educational events, sign up for our e-newsletter.


Chicago History Cop

Free Live Virtual 1893 Chicago World's Fair Tour

Since we are all still working to limit the effects of this pandemic as much as possible, I wanted to let everyone know about something that I personally am doing this Friday that everyone can take part in.

I have been running free walking tours through my non-profit “Friends of The White City” since 2014 in conjunction with the Jackson Park Advisory Council.

The tour is meant to showcase Chicago’s 1893 World’s Fair also known as The 1893 World’s Columbian Exposition and nicknamed “The White City”. Anyone who has read Erik Larson’s amazing book, “Devil in The White City” can attest to the significance of this world’s fair on the city of Chicago and it was important enough to be represented as the third star on the current Chicago Flag.

Court of Honor from the Chicago 1893 World’s Columbian Exposition

The tour will take visitors to the sites in Jackson Park and The Midway Plaisance where the fair was held and where visitors can still see relics of the fair in the park and at different locations.

Unfortunately, the walking tours have been put on hold during the Covid-19 crisis but Vamonde has been kind enough to feature the tour as one of their Happy Hour Virtual Tours. So I have been working with them over the last week to put together the visuals and materials for the tour and we are planning to go LIVE this Friday!

This Friday, May 15, 2020, the virtual tour will start at 4:00 pm. The tour is FREE but you must register for the tour at the link below. This would be a great experience for those who are homeschooling as a virtual field trip. There won’t be any walking involved but it will be fun just the same. Great thing is that we don’t have to worry about getting rained out!

Hope to see you all there!


Find Chicago History The Stranger Side on FACEBOOK

If you love Chicago History please consider subscribing to my posts. You will receive an email that alerts you when a new article is published. My list is completely spam free, and you can opt out at any time.


Voir la vidéo: Worlds Fair 1893 Gameplay Runthrough (Janvier 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos